Les Canadiennes de plus de 45 ans sont confiantes quant à leurs finances à la retraite

Le fait de jouer un rôle plus actif dans leurs finances, d’avoir une bonne santé et de disposer d’un bon revenu contribue à leur optimisme

Points saillants :

  • Les Canadiennes de plus de 45 ans sont plutôt confiantes en ce qui a trait à leur avenir financier, plus de sept sur dix d’entre elles croient qu’elles pourront se payer le mode de vie qu’elles désirent à la retraite, qu’elles soient mariées ou célibataires.
  • Les facteurs favorisant la confiance des femmes sont notamment leur portefeuille de retraite (55 %), le régime de retraite offert par l’employeur ou le programme de cotisations de contrepartie de l’employeur (43 %), le fait d’avoir un bon état de santé global (42 %) et l’assurance ou le régime de retraite de leur conjoint (32 %).
  • La majorité des femmes de 45 ans et plus (90 %) prennent des mesures pour se préparer à la retraite, principalement en mettant de l’argent de côté dans des REER et des CELI (60 %). Toutefois, certains points pourraient être améliorés, par exemple, travailler avec un conseiller financier (au Québec, conseiller expert en services bancaires, CESB) et explorer d’autres solutions de placement qui pourraient les aider à dissiper certaines craintes quant à leur retraite.

TORONTO, le 19 févr. 2020 /CNW/ – Lorsqu’elles pensent à leur retraite, les Canadiennes de plus de 45 ans sont assez optimistes quant à leur avenir financier, plus de sept sur dix d’entre elles croient qu’elles pourront se payer le mode de vie qu’elles désirent à la retraite, qu’elles soient mariées ou célibataires, selon un récent sondage de RBC Assurances.

Une bonne connaissance financière et une supervision indépendante en ce qui touche leur épargne-retraite contribuent probablement à accroître leur confiance. Parmi les femmes mariées ou vivant avec un partenaire, 84 % croient qu’elles comprennent bien leurs besoins financiers et ceux de leur conjoint à la retraite, et seulement 34 % disent que le conjoint/partenaire gère leur épargne-retraite.

« L’an dernier, nous avons appris que les femmes étaient généralement confiantes quant à leurs finances à la retraite. Nous voulions donc approfondir un peu la question et comprendre pourquoi, » dit Selene Soo, directrice générale, Assurance patrimoine, RBC Assurances. « Les femmes semblent jouer un rôle plus actif dans la gestion de leurs finances et la compréhension de leurs besoins financiers, ce qui fait qu’elles se sentent mieux préparées et responsables de leur avenir financier. »

Qu’est-ce qui favorise la confiance ?
Les femmes qui croient qu’elles pourront se payer le mode de vie qu’elles désirent à la retraite sont les plus susceptibles d’indiquer leur portefeuille de retraite comme le facteur clé. Plus de la moitié d’entre elles (55 %) disent que leur portefeuille leur permettra d’y parvenir, tandis que plus de quatre sur dix (43 %) disent la même chose du régime de retraite offert par l’employeur ou du programme de cotisations de contrepartie de l’employeur. Voici d’autres facteurs favorisant leur confiance :

  • Avoir un bon état de santé global et ne pas s’attendre à des frais médicaux importants à la retraite (42 %)
  • Le fait que l’assurance ou le régime de retraite de leur conjoint ou de leur partenaire soit suffisant pour maintenir le pouvoir d’achat du ménage (32 %)
  • Toucher un bon salaire et avoir un fonds de retraite personnel qui correspond aux objectifs (27 %)
  • Avoir des immeubles de placement générant un revenu pour la retraite (17 %)

Pour la majorité des femmes, leur confiance provient du fait qu’elles se fient surtout aux mesures qu’elles prennent elles-mêmes, tandis qu’une très faible proportion d’entre elles mentionnent d’autres facteurs comme l’accès à des paiements de leur conjoint (9 %), le soutien financier de leurs enfants ou de membres de leur famille (4 %) ou l’intention de vivre avec des amis pour atténuer le fardeau financier (2 %).

Causes d’inquiétude à la retraite
Même si un nombre important de femmes ont l’intention de rester en bonne santé, elles ne se font aucune illusion quant aux défis que peut apporter la retraite. Leurs trois principales préoccupations à l’approche de la retraite sont la hausse des coûts des soins de santé à mesure qu’elles vieillissent (69 %), vivre avec une maladie chronique (59 %) et épuiser leur épargne-retraite de leur vivant (50 %). Autres préoccupations :

  • un manque de revenu garanti (50 %)
  • avoir à renoncer aux choses ou aux activités qu’elles aiment (44 %)
  • les sentiments de solitude, d’isolation ou de dépression (39 %).

Prendre des mesures pour se préparer financièrement
La majorité des femmes de 45 ans et plus (90 %) prennent des mesures pour se préparer à la retraite, principalement en mettant de l’argent de côté dans des REER et des CELI (60 %). Certains points, toutefois, pourraient être améliorés, par exemple, travailler avec un conseiller financier (au Québec, conseiller expert en services bancaires, CESB) et explorer d’autres solutions de placement qui pourraient aider à dissiper certaines craintes quant à leur retraite.


45 ans et
plus
Mettre de l’argent dans un REER ou un CELI60 %
Travailler avec un conseiller financier (au Québec, conseiller
expert en services bancaires, CESB) ou un planificateur
financier à la création d’un plan
37 %
Dépenser moins pour les produits et services non essentiels
comme les voyages/divertissements
29 %
Acheter des actions, obligations ou fonds communs de
placement
27 %
Reporter leur retraite23 %
Vivre au-dessous de leurs moyens pour atteindre leurs objectifs21 %
Investir dans des fonds distincts/d’autres produits pour
protéger l’argent de la volatilité des marchés
14 %
Investir dans des rentes immédiates/d’autres produits qui
procurent un revenu garanti
8 %

« Dans le cadre de leur surveillance financière, les femmes devraient s’assurer qu’elles connaissent les options permettant de protéger leur argent tout en assurant sa croissance ainsi qu’un flux de revenu continu qui leur permettra de subvenir à leurs besoins durant la retraite, malgré la volatilité des marchés ou des frais médicaux accrus, » ajoute Mme Soo.

Pour préparer leur avenir financier, les Canadiennes devraient tenir compte de ce qui suit :

  • Les produits comme les rentes qui procurent un revenu prévisible votre vie durant, peu importe les fluctuations des marchés financiers.
  • La planification successorale est un élément essentiel de votre legs financier. Les fonds distincts peuvent constituer une bonne option, car ils procurent des avantages uniques en matière de planification successorale que n’offrent pas d’autres types de produits de placement.
  • En plus des saines habitudes de vie, une bonne préparation financière réduit le stress, ce qui permet d’être en meilleure santé. Surtout pour les femmes dans la quarantaine, une étape importante de la planification financière consiste à assurer leur potentiel futur de gagner un revenu au moyen de l’assurance invalidité, si elles sont soudainement incapables de travailler en raison d’une maladie ou d’une blessure.

Laisser un commentaire

Retour haut de page