Lausanne – Sydney – Saïgon, le parcours passionnant de Nicolas Lagier

Par Eric Varin

Quand Nicolas Lagier évoque sa formation initiale, c’est avec le sourire qu’il nous raconte qu’il a justement réalisé son apprentissage au Carlton, établissement qu’il dirige aujourd’hui. Faut-il y voir un signe du destin ?  À son départ du Carlton à l’époque, il rejoint en tant que chef de partie le restaurant l’Érmitage de Bernard Ravet (2 étoiles au guide Michelin et 19 au Gault & Millau). Après un an et demi passé dans cet établissement, Nicolas Lagier rejoint l’école hôtelière de Lausanne avant de se consacrer, trois ans durant, à manager l’événementiel du Centre de Congrès  Beaulieu.

Passionné par les vins et l’œnologie, Nicolas Lagier poursuit sa carrière en développant la société GWS (General Wine Services), spécialisée dans les logiciels de gestion des concours de dégustation de vins nationaux et internationaux. Il retourne ensuite au Centre de Congrès Beaulieu où il prend la responsabilité de la vente des congrès et autres salons. Durant cette période, il suit en parallèle un cursus au SAWI et obtient un diplôme de stratégie de vente et marketing. « À mon arrivée au Centre de Congrès Beaulieu, je les avais informés que je resterais trois ans et, à la fin de cette période, j’ai quitté mon emploi pour partir… en Australie. » 

Avec sa compagne, Nicolas Lagier s’embarque ainsi dans une nouvelle expérience, avec un simple visa étudiant. Alors qu’il suit une formation continue pour décrocher l’équivalent d’un master en Business, il devient marketing manager pour l’entreprise multinationale Hill International, spécialisée dans le consulting et le management de projet dans les domaines de la construction et autres grands développements en ressources naturelles : « Pendant cinq ans, j’ai vécu une aventure intense et incroyable, même si l’éloignement me pesait, contrairement à ma compagne, qui n’était pas encore mon épouse à l’époque, qui se serait bien projetée pour un avenir à Sydney. »

Ainsi, après concertation entre madame et monsieur Lagier, la décision fut prise de rentrer en Suisse, mais seulement après un tour du monde.  Au cours de cette nouvelle expérience enrichissante (36 pays visités, 16 mois de voyage), Nicolas Lagier a développé des produits touristiques pour un tour-opérateur basé à Saïgon. Une expérience originale qui va lui permettre de se préparer à un retour aux sources.

De Sydney à Lausanne, itinéraire d’un directeur passionné

A son retour en Suisse, un ami demande à Nicolas Lagier des conseils pour la gestion, le marketing et la vente au Château de Villa à Sierre, conseils qui l’amèneront à assister au développement de cette institution reconnue pour la promotion des produits du terroir. C’est alors que Nicolas Lagier va de nouveau croiser la route du célèbre hôtel de Lausanne dont il va prendre la direction à partir du 1er avril 2014.

Le Carlton, une ancienne pension inaugurée en 1906 et rendue célèbre dès les années 1925, accueillit les plus grandes personnalités de l’époque, avec les passages remarqués d’Edith Piaf, de Serge Gainsbourg et même du roi Juan Carlos. L’établissement est ensuite racheté en 2013 par une famille d’industriels bretons qui constitue une petite chaîne d’hôtels indépendants (Paris, Majorque, Saint-Malo, Lausanne). Nicolas Lagier, directeur et administrateur de la SA et administrateur de la holding suisse, se retrouve donc à la tête de l’établissement dans lequel il a connu une de ses premières expériences professionnelles : « Nous sommes très fiers d’avoir redonné sa place à cet établissement prestigieux de la ville de Lausanne. C’est un travail d’équipe et, en cinq ans, nous avons réussi à relever de beaux challenges. »

Aujourd’hui, non seulement l’hôtel Carlton attire des hôtes venus du monde entier, mais le restaurant de l’établissement, l’Ardoise, est aussi devenu une adresse à la mode pour les gastronomes. Il n’est donc pas étonnant que cette institution gastronomique lausannoise soit reconnue dans l’édition 2020 du célèbre guide Gault & Millau.

Nous avons donc voulu savoir comment Nicolas Lagier envisageait l’avenir : « Chacune de mes expériences a été importante et m’a beaucoup appris. Aujourd’hui, je veux continuer dans ce sens et aider la holding à développer une présence encore plus marquée en Suisse, avec l’ambition de disposer de plusieurs hôtels dans les années à venir. »

Laisser un commentaire

Retour haut de page