Profiter de ses deux jours “off” du week-end

8 juin 2022

Profiter de ses deux jours “off” du week-end

Ne rien faire : voilà un concept facile à comprendre mais qui est pourtant bien difficile à mettre en pratique pour beaucoup d’entre nous. Ne rien faire et profiter de votre week-end, découvrez ce nouvel art de vivre aux nombreuses vertus !

Un corps au repos, un cerveau au boulot

Apprendre à ne rien faire, sans culpabiliser présente de nombreux bienfaits. En plus de vous permettre de recharger vos batteries, ne rien faire peut vous aider à faire diminuer votre anxiété ainsi qu’à entretenir votre mémoire mais aussi à augmenter votre propension au bonheur. De nombreuses études scientifiques ont désormais démontré les vertus de cette oisiveté pour notre cerveau. “Lorsqu’on ne fait rien, l’activité cérébrale ne s’arrête pas”, explique Damien Brevers, chercheur et enseignant en psychologie cognitive.

En effet, lorsqu’on ne fait rien, le cerveau entre alors dans ce que l’on appelle le “Mode par Défaut ». Concrètement, il va se mettre à travailler de façon indépendante. En conséquence ? Un traitement des informations en profondeur qui va par exemple permettre l’ancrage des éléments dans la mémoire à long terme mais aussi la stimulation des pensées créatives. Ainsi, face à une mission en apparence insurmontable à votre travail, il serait donc bien plus efficace d’aller prendre l’air plutôt que de vous entêter. Votre cerveau pourrait déjà bien avoir trouvé la solution, il vous suffit juste de la laisser émerger.

3 façons de ne rien faire

Selon Albert Moukheiber, psychologue et docteur en neurosciences, ne rien faire peut se décliner de trois manières différentes ;

  • Il peut s’agir de simplement rêvasser, comme lorsque vous avez les yeux dans le vide ou que vous effectuez un trajet en voiture sans vous en rendre compte. Vous êtes alors en fait en discussion avec votre “vous” profond. Un tel état mental peut également être atteint lorsque vous cuisinez ou que vous vous promenez…
  • Ne rien faire peut également signifier de ne pas viser la performance, de ne pas chercher à atteindre un certain but. Cela se traduit alors par l’absence de toute pression, que ce soit dans le cadre d’une pratique sportive, de votre travail ou même d’une simple lecture.
  • Enfin, ne rien faire peut faire état d’un désengagement intentionnel. Cela signifie que vous laissez vos pensées se promener dans votre esprit sans vous y accrocher. Il s’agit d’une pratique bien différente de la méditation, car aucun exercice n’est à réaliser (tel qu’une respiration contrôlée par exemple). Au contraire, ici, le but est de vous laisser complètement aller, peu importe ce qui se passe dans votre esprit.

La dictature du bien-être

Albert Moukheiber souligne l’importance de l’attitude à adopter face à notre quotidien plutôt que de nos activités elles-mêmes. Il explique être bien souvent confronté à ce qu’il appelle la “dictature du bien-être ». Il s’agit d’un phénomène que vous connaissez certainement et qui vous pousse peut-être à vous lever à 5 heures du matin pour méditer, à garder toutes vos émotions enfouies en vous au nom de la paix intérieure ou encore à courir un minimum de 3 fois par semaines, le tout afin de vous sentir mieux. Mais il s’agit en fait d’une source de pression permanente dans votre vie quotidienne dont les conséquences peuvent s’avérer dévastatrices sur le long terme. Il est donc essentiel de limiter les contraintes que vous vous imposez et de parvenir à lâcher prise.

Alors comment faire pour ne rien faire ?

Afin de parvenir à profiter de vos week-ends et de les transformer en quelque chose qui a du sens, il vous faut commencer par revoir vos attentes ainsi que vos besoins de réaliser des objectifs à la baisse. C’est ainsi que vous pourrez vous reconnecter avec vous-même. Selon Katrina Onstad, auteure du livre “Week-end paresseux week-end heureux” et adepte de la psychologie positive, 4 ingrédients sont indispensables à la mise en place d’un week-end réussi ;

  • La connexion : il vous faut rencontrer des gens et ne plus vous contenter d’échanges vides de sens sur les réseaux sociaux.
  • La notion du beau : consacrez une partie de votre temps à admirer ou à faire de belles choses.
  • La pratique d’un loisir qui vous passionne avec l’absence de tout objectif de performance à atteindre.
  • La reconnection avec l’enfant qui sommeille en vous en passant du temps à vous amuser, tout simplement.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Leadership

Recommandé pour vous

A la Une
Un groupe d’institutions financières totalisant 31 000 milliards de dollars d’actifs appelle plus de...
Logo © CDP Certaines des entreprises ayant le plus grand impact environnemental …
A la Une
La méthode à suivre pour un week-end paresseux réussi
Le week-end est le moment tant attendu par la plupart d’entre nous pour décompre…
A la Une
Et, si la solitude était ce qui peut nous rendre heureux ?
Certains ne supportent pas de rester seuls, tandis que d’autres apprécient la so…
A la Une
Comment augmenter votre indice de bonheur ?
Mesurer et augmenter le bonheur des collaborateurs constitue un enjeu de taille …
A la Une
Ajouter la joie de vivre dans votre quotidien de dirigeant
Ajouter de la joie de vivre dans le quotidien professionnel est essentiel au bie…
A la Une
La dette privée dans le contexte actuel du marché
Par Kirsten Bode, Co-Head of Private Debt, Paneuropa, Muzinich & Co. Le terr…