Le business plan, gadget ou outil de gestion ?

Tous les cabinets de conseil et les grandes banques ont édité leur plaquette explicative de la préparation d’un business plan, ou plan d’entreprise. Même si les méthodes diffèrent parfois quelque peu, le schéma est relativement classique et le but est constant : présenter les objectifs de l’entreprise et les conséquences qui en découlent.

Cet exposé ne doit ni se limiter à une narration des exploits passés de l’entreprise et une démonstration éloquente de la supériorité de ses produits ou services sur ceux de la concurrence, ni consister en une avalanche de données financières dénuées de toute explication. Le business plan doit donner une vue complète et compréhensible de la situation de l’entreprise, de ses plans, expliquer comment ils peuvent être concrétisés et démontrer que le résultat qui sera obtenu justifie les efforts qui devront être engagés.

Préparer son business plan, c’est réfléchir avant d’agir. L’analyse qu’il implique exige de bien définir ses concepts de produits ou services, de valider les prévisions de ventes, de déterminer les investissements nécessaires, de démontrer que l’entreprise dispose de l’infrastructure et des ressources humaines adéquates et finalement de traduire tous ces éléments en termes financiers. Ceci demande du temps, qu’il vaut la peine d’investir ponctuellement. L’entreprise devrait ainsi savoir où elle va; ses objectifs devraient être définis, sa croissance devrait être structurée, elle devrait disposer de critères de mesure de sa performance et pourrait ainsi avoir une base pour évaluer périodiquement sa progression.

Cet exercice est loin d’être inutile; il évitera qu’une entreprise se lance tête baissée, sur la simple foi en une idée apparemment bonne, dans des projets dont la rentabilité n’est absolument pas démontrée.

Loin d’être un gadget, le business plan est donc un véritable outil de référence pour la gestion d’une entreprise. Il peut aussi servir d’ambassadeur de l’entreprise lors de la recherche de partenariat ou de financement. Dans ce cas, on veillera à bien exposer l’entreprise et son contexte en langage compréhensible (éviter le jargon du métier), on présentera les besoins financiers de l’entreprise, l’affectation des fonds nouveaux et les cash flows futurs. On consacrera aussi un soin particulier à démontrer que le management de l’entreprise est à la hauteur pour mener à bien ses plans. Enfin, comme tout document que l’on souhaiterait être lu, le business plan devra être d’une lecture agréable.

Points de repères pour établir un business plan :

  • Formaliser la stratégie de l’entreprise
  • Mettre en valeur ses forces
  • Maîtriser ses faiblesses
  • Définir les indicateurs-clés
  • Identifier les critères-clés du succès
  • Soutenir et documenter les hypothèses de travail
  • Eviter les business plans trop longs et les répétitions
  • Présenter l’entreprise de façon attractive, exacte et précise (document de « vente »)
  • Répondre aux questions de base : Où est-on ? Où va-t-on ? Comment ? Cela en vaut-il la peine ?

Davantage de détails sur www.vanat.com

Retour haut de page