Stifel: Sanctions contre la Russie sur le marché du pétrole : pas de problème pour les Etats-Unis, problématique pour l’Europe

13 mars 2022

Stifel: Sanctions contre la Russie sur le marché du pétrole : pas de problème pour les Etats-Unis, problématique pour l’Europe

Alors que les États-Unis couvrent environ 2-3% de leurs besoins en pétrole avec du pétrole russe, l’Europe en couvre environ 30%

Pour remplacer ce pétrole russe sur les marchés européens, il faut, selon Stifel, inverser les flux commerciaux actuels sur le marché du pétrole. Actuellement, les flux commerciaux russes s’écoulent principalement vers l’ouest, tandis que les flux des producteurs de pétrole du Moyen-Orient s’écoulent principalement vers l’est, vers les marchés asiatiques. Si l’Europe remplaçait tous ses approvisionnements en pétrole en provenance de Russie, ceux-ci devraient être remplacés par des producteurs du Moyen-Orient et d’Afrique.

Le système de raffinage européen dispose d’une capacité nominale suffisante pour remplacer les produits pétroliers russes par du pétrole brut raffiné localement, mais il y aura une période d’interruption du marché à mesure que de nouvelles structures commerciales se mettront en place. Il n’est toutefois pas certain que toutes ces capacités puissent produire un produit avec la teneur en soufre requise de 10 ppm. Stifel pense que le « plafond de verre » du temps de fonctionnement des raffineries est d’environ 95%. Selon les estimations, cela pourrait augmenter les coûts de transport de 1 à 2 dollars par baril. Compte tenu de la prime de risque évidente sur les prix du pétrole, cela est négligeable.

Le risque de contagion du pétrole au gaz représente un risque bien plus important pour les économies européennes. Selon certaines informations, le ministre russe des Affaires étrangères a établi un lien direct entre un éventuel embargo européen sur le pétrole russe et une réduction des livraisons de gaz à l’Europe. Au cours des dix dernières années, les importations de gaz russe ont représenté plus de 50 % des importations de gaz de l’UE et plus de 30 % de la demande de gaz.

L’Europe souffrait déjà d’une pénurie de gaz avant la crise ukrainienne, les réserves de gaz étant largement inférieures aux niveaux historiques et ne se détendant qu’au premier trimestre 2022 grâce à la combinaison d’une livraison accélérée de cargaisons de gaz naturel liquéfié (GNL) et d’une météo clémente Stifel estime que l’industrie du GNL a atteint ses propres limites de capacité, puisqu’elle produit actuellement environ 30 millions de tonnes par mois. Cela correspond à un taux d’utilisation des capacités d’environ 80%. Stifel reste préoccupé par le fait qu’il n’y a tout simplement pas assez de GNL disponible pour atteindre l’objectif déclaré de l’UE de remplir les réservoirs à 90% d’ici octobre 2022, surtout si l’on est en concurrence avec les acheteurs de GNL asiatiques.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business

Recommandé pour vous

A la Une
BlackBerry : la descente aux enfers semble terminée
BlackBerry est au sommet de sa gloire dans les années 2000.  La marque lége…
A la Une
Le métavers : le prochain grand saut technologique
Un monde parallèle dans lequel vous pouvez entrer grâce à un casque de réalité v…
A la Une
Actualité sur les semi-conducteurs : nouvel épisode
Par Chris Gannatti, Global Head of Research, WisdomTree Nous avons récemment écr…
A la Une
L’avenir du conseil financier — l’homme et la machine: l’opinion de la clientèle sur...
Par Christophe Collet, Senior Sales Executive, Vanguard L’augmentation des offre…
A la Une
Portrait du Chef Bertrand Jeanson
Photos Bertrand Jeanson © Château Brachet Bertrand Jeanson a une passion pour la…
A la Une
L’avenir du conseil financier — l’homme et la machine: l’opinion de la clientèle sur...
Par Christophe Collet, Senior Sales Executive, Vanguard L’augmentation des offre…