Retrouver enfin une qualité de vie au travail

Retrouver enfin une qualité de vie au travail

29 novembre 2020

Le mal-être au travail peut avoir de lourdes conséquences sur le plan physiques mais aussi psychologiques. Aujourd’hui, ces répercussions sont connues, il est donc indispensable de les identifier. Une récente étude[1] montre que près de la moitié des Français ne sont pas satisfaits de leur qualité de vie au travail. Reprendre le contrôle sur sa qualité de vie au travail devient à ce titre primordial. Quelles sont les causes de ce constat inquiétant ?

Comprenez vos besoins fondamentaux

Dans les années 40, a émergé, la pyramide des besoins[2] et plus tard est née la théorie de la comparaison sociale[3]. Parmi les cinq besoins fondamentaux mis en avant par le psychologue américain Maslow, le besoin d’estime représente une part importante dans notre vie professionnelle. Ce besoin fondamental repose sur deux piliers majeurs, qui sont la valorisation extérieure et la confiance en soi. Aussi, il est important d’être à la recherche de la connaissance de soi, de ses limites et de ses ressources pour découvrir et utiliser au mieux toutes ses capacités.

Lorsque vous commencez à vous poser des questions sur votre sentiment de mal-être au travail, très souvent, il s’agit d’un besoin fondamental qui n’est pas comblé. Si vous évoluez trop longtemps dans cette situation de non-satisfaction, votre motivation et votre engagement personnel risque de s’effondrer. Un plan d’action doit être envisagé pour rétablir un équilibre.

Autoévaluez-vous

La première étape est de vous autoévaluer. Cet exercice vous permettra d’identifier vos causes de mal- être donc de stress. À la suite de quoi, vous pourrez mettre en place des actions pour renforcer votre confiance en vous. Vous reprendrez ainsi le contrôle sur votre qualité de vie au travail et la maîtrise plus globale de votre vie. L’objectif de ce bilan n’est pas seulement d‘évaluer votre performance au travail mais d’avoir une vision critique entière. Pour ce faire, vous devez donc déterminer vos compétences, vos forces et vos faiblesses pour en détacher vos axes d’amélioration. Nous passons presque la moitié de notre vie au travail, il est donc essentiel d’établir un équilibre entre nos souhaits, nos valeurs et la réalité. Notons bien qu’un des risques principaux d’un tel déséquilibre peut mener vers un burn-out [4]et que les causes internes de votre entreprise ne sont pas seules responsables de votre état. Vous pouvez agir. Évaluer les risques de mal- être permet d’éviter d’en arriver à une telle situation.

En pratique, l’autoévaluation consiste à dresser une liste des facteurs de mal-être et de bien-être associés à votre travail. Listez ce que vous aimez faire et ce que vous ne supportez pas ou plus. Vous allez vite vous apercevoir sur quels facteurs de stress vous devez agir. Si vous constatez un nombre important de paramètres néfastes, vous devez peut-être songer à consulter un professionnel ou faire le point avec le médecin du travail. Ensuite, il est nécessaire de mettre en place des actions qui vous permettront de réduire voir de supprimer ces facteurs stressants.  Voici quelques pistes de réflexion :

  • Faites l’état des lieux de votre charge de travail et échangez avec votre hiérarchie si celle-ci est importante ;
  • Participez à des ateliers de gestion des émotions ou de communication efficace si vous avez du mal à exprimer votre point de vue ;
  • Pensez à déléguer une partie de votre travail si vous le pouvez ;
  • Repensez les responsabilités de chacun et réattribuez le travail qui ne vous incombe pas ;
  • Prenez conscience de ce que vous aimez et de la personne que vous êtes ;
  • Remerciez votre entourage ou vos collègues s’ils vous soutiennent ;
  • Cultivez une image positive de vous-même ;
  • Développez votre optimisme ;
  • Assistez à des formations sur le développement personnel si vous ne vous n’arrivez pas à vous voir de façon positive.

Vous pouvez reprendre le contrôle sur votre bien-être au travail. Gardez à l’esprit que vous êtes acteur de votre vie et de vos décisions, et que le point d’ancrage est le démarrage de votre prise de conscience.


[1] Selon l’étude Travail et bien-être psychologique, menée par la DARES (2018).

[2] La pyramide de Maslow développée par Abraham Maslow. En 1943, est une représentation pyramidale de la hiérarchie des besoins, une théorie de la motivation.

[3]  La théorie en psychologie développée par Léon Festinger en 1954 porte sur la manière dont les êtres humains évaluent leurs opinions et leurs aptitudes en l’absence de critère objectif, en se comparant aux autres individus.

[4] État d’épuisement psychologique et physique qui se traduit par des symptômes particuliers qui apparaissent de façon très progressive, en quelques mois ou en quelques années.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Inside ici

Recommandé pour vous

A la Une
Comment amorcer un management de transition pertinent ?
Lorsque l’entreprise passe par une période de changement, le management de trans…
A la Une
Pourquoi un leader devrait-il établir un lien plus profond avec ses équipes ?
Faire preuve d’émotion sur un lieu de travail peut être un défi pour de no…
A la Une
Commodity Monthly Monitor
Commodities had their best quarterly performance in a decade – 16 Jun 2021 ̵…
A la Une
Le paiement par reconnaissance faciale va-t-elle trop loin ?
Pendant longtemps, pour s’acquitter de la contrepartie de leurs achats, la…
A la Une
Comment lutter contre la paresse sociale du management collaboratif ?
La tendance depuis quelques années en matière de management est à l’horizontalit…