Oser dire non

Parfois nous avons envie de dire non… mais nous disons oui et nous nous en voulons. Pourtant savoir dire non permet de gagner le respect des autres et de nourrir l’estime de soi. Car si nous disons toujours oui, notre oui n’a plus aucune valeur.

Les dangers d’un oui systématique :

Dire oui pratiquement à tout nous enferme dans la catégorie peu valorisante
des « gentils et toujours d’accord ». Que se passe-t-il à la longue ? Habitués
à nos « oui », nos interlocuteurs nous en demandent toujours plus (le manager qui
a peur du conflit donne toujours à la même personne les tâches urgentes). Pire, n’imaginant pas que nous puissions dire non, certains « oublieront » même de nous poser la question ! N’avons-nous jamais appris la veille au soir qu’un ami déménageant le lendemain comptait absolument sur nous ? Autre conséquence négative : un oui donné à contre cœur peut nous mettre en colère et dégrader la relation avec notre interlocuteur, qui n’y est pourtant pour rien (il a juste posé la question).

Pourquoi est-il parfois si difficile de dire non ?

Dire non, c’est oser s’affirmer. Et s’affirmer signifie pour certains d’entre nous prendre de gros risques, liés parfois à la peur de déplaire, peur du jugement, peur
de blesser ou de décevoir, peur du conflit etc. Les injonctions parentales et autres schémas normatifs (« Si tu ne manges pas, Maman ne va pas être contente ») restent ancrés dans notre cerveau, nous enfermant dans nos peurs.

Pourquoi apprendre à dire non ?

Dosé à bon escient, le non valorise notre parole et nourrit l’estime de soi :
en osant refuser (avec tact et pertinence) une demande, nous défendons nos valeurs
et nos besoins, nous nous affirmons, et notre image en est renforcée. Plus nous « osons » nous affranchir de nos peurs, plus nous nous sentons libérés.
Dire parfois non, à bon escient et sans brusquer, garantit en outre à nos interlocuteurs la sincérité et la fiabilité de notre oui.

Comment oser dire non ?

Tout d’abord en « dédramatisant » les conséquences du non : de quoi ai-je peur lorsque je dis oui alors que je pense non ? Le risque/danger est-il réel ? Si oui, est-il aussi important que je le pense ? Lorsqu’un ami me dit non, est-ce que je remets toujours en question son amitié ? Comment me sentirais-je si je disais non, si je disais oui ? Une fois la décision prise, il convient de dire non avec assertivité : en se respectant (rester ferme) et en respectant son interlocuteur (ne pas le brusquer).

Retour haut de page