La Chine est-elle désormais la première puissance économique ?

En 1872, les États-Unis dépassaient la Grande-Bretagne en termes de puissance économique mondiale. Le Président Américain Donald Trump, élu en 2016, a intensifié les tensions entre son pays et le pays le plus peuplé au Monde. Des accusations américaines d’espionnage, agressivité militaires, sanctions commerciales… Celles-ci nous mènent à nous poser une question, à savoir la réelle place Américaine dans le marché économique mondial.

Dans son article pour Market Watch publié en 2014, l’éditorialiste d’origine américaine Brett Arends aurait officialiser le fait que « L’Amérique est maintenant numéro deux ». C’est la Chine qui aurait ainsi volé la vedette à son partenaire américain. Celui-ci s’est basé sur des chiffres publiés par le FMI pour annoncer son constat. Nous essayerons ici de répondre à la question suivante : la Chine est-elle désormais la première puissance économique ?

Concernant les Parités de Pouvoir d’Achat (PPA), il convient de comparer les parts économiques à l’échelle mondiale de chaque pays. Si les États-Unis couvrent 16,3% de l’économie mondiale, la Chine quant à elle, représente 16,5% (FMI). En effet, la comparaison des Parités de Pouvoir d’Achat (PPA) indique que celui-ci est quasiment identique des deux côtés du Pacifique. Ce que l’on peut conclure de cette métrique est qu’un café a une valeur identique tant en Chine qu’aux États-Unis. 

Concernant le Produit Intérieur Brut (PIB) des 2 pays, il est vrai que la Chine a connu une évolution fulgurante depuis plus de trente ans, avec une politique d’«usine mondiale » grâce à une population abondante (donc très rentable) et docile. Pourtant, ces efforts ne suffisent pas à détrôner la puissance Américaine dont le PIB est de 19 145 milliards de Dollars (2010) tandis que le PIB chinois est estimé à 14 380 milliards de Dollars pour l’année 2019. Il est clair que sur la base de ces chiffres, le PIB des États-Unis demeure supérieur à celui de son concurrent Chinois.

Quelle est l’impact de la pandémie Covid-19 sur cet affrontement silencieux ?

La Chine n’est pas la première puissance mondiale à l’heure actuelle. Avec une économie dépendante des exportations, la République Chinoise doit trouver des alternatives tout aussi bénéfiques pour son économique que sa politique jusqu’alors extrêmement rentable. En ces temps de pandémie mondiale, la dette chinoise a réussi à faire office de refuge. Les investisseurs ont fait le choix de la Chine, et ce, pour les nombreux avantages que présentait ce pays. Malgré que la part des investisseurs étrangers dans le marché de la dette chinoise reste assez faible (4%), celle-ci aurait quasi-doublé en l’espace de 4 mois (entre Mars et Juillet 2020), passant de 282 milliards à 537 milliards d’euros.

Grâce à une économie globalement stable, un territoire gigantesque ainsi qu’une croissance assez importante, la Chine réussit à attirer de plus en plus d’investisseurs étrangers, prêts à y dédier davantage d’argent. Le géopolitologue et spécialiste de la Chine, Pierre Picquart, ajoute même qu’il est « surprenant que ces chiffres ne soient pas plus hauts ». C’est avec la mise en place de célèbre programme « Bond Connect »  que l’Empire du Milieu a su attirer les étranger, notamment via le marché de Hong Kong. Celui-ci leur permettait ainsi d’investir sans avoir à ouvrir un compte de trading séparé en Chine continentale.

La Chine, un symbole de sureté et de stabilité

Le FMI déclarait, plus tôt dans l’année, que le PIB mondial pourrait connaître une chute de 5% environ en 2020 dû à la pandémie Covid-19 qui s’est déclaré le 31 Décembre 2019 à Wuhan. La Chine fait partie des rares pays à connaître une croissance cette année, quand les plus grandes puissances mondiales pourraient enregistrer des chutes record.

Si le Japon prévoit une chute de 5,8% du point de vue du PIB, ou l’Allemagne estime les pertes à 6,3%, les États-Unis pourraient connaître une récession record de 8%. De son côté, la Chine prévoit une hausse du PIB de l’ordre de 1%. Les investisseurs étrangers sont également attirés par les rendements de leurs placements en Chine. Si la Réserve Fédérale Américaine (FED) a décidé d’injecter 2 300 milliards de dollars pour soutenir l’économie États-Unienne, Pékin a choisi une politique monétaire modérée permettant aux investisseurs d’avoir un rendement de 3% quand l’équivalent américain aurait un rendement de 0,6% environ.

Pour conclure…

La Chine demeure la seconde puissance économique mondiale, avec un PIB plus faible que son concurrent Américain. En 2019, le PIB Chinois était estimé à 14 380 Milliards de Dollars tandis que celui des États-Unis était de 19 145 Milliards de Dollars. Cependant, l’économie chinoise présente un important nombre d’avantage, tel que sa stabilité. En effet, quand la pandémie a mis à genou toutes les économies occidentales, l’Empire du Milieu a su s’en tirer avec une évolution du PIB estimée à 1% en 2020. Également, la part des investissements étrangers est en hausse, grâce à des rendements bien plus importants qu’aux États-Unis.

Retrouvez l’ensemble des articles de la rubrique décryptage ici

Retour haut de page