La clé de la gestion des actions mondiales en 2022

2 février 2022

La clé de la gestion des actions mondiales en 2022
Mark Denham © Carmignac

Mark Denham et Obe Ejikeme, gérants de fonds chez Carmignac, évoquent leurs perspectives pour les actions mondiales en 2022 et la manière dont les investisseurs peuvent atténuer les difficultés à venir.

Au cours des deux dernières années, les investisseurs ont parfois eu du mal à choisir une stratégie d’actions mondiales gagnante. L’arrivée constante de nouvelles tensions liées au Covid-19, les restrictions de confinement ainsi que les mesures monétaires et budgétaires sans précédent ont rendu la classe d’actifs difficile à gérer. Le monde reste toutefois complexe, l’émergence du variant Omicron et la montée des pressions inflationnistes ayant pesé sur les actions mondiales à l’approche de la nouvelle année. Cependant, des opportunités subsistent.

Miser sur des entreprises de qualité

2021 a commencé sur une note optimiste, avec un pic de croissance mondiale au deuxième trimestre. Le reste de l’année a été soumis à de nouvelles tensions liées au Covid-19 et au retrait du soutien monétaire, dont la combinaison entraînera inévitablement un ralentissement continu de la croissance économique mondiale en 2022.

Pour surmonter les difficultés à venir, les investisseurs en actions mondiales feraient bien de se concentrer sur les entreprises mondiales de grande qualité présentant trois critères importants : un potentiel de croissance à long terme, une rentabilité durable et un réinvestissement régulier. Les grandes capitalisations très liquides des marchés développés correspondent généralement à ce profil et peuvent offrir de bonnes perspectives à long terme dans un environnement difficile et incertain.

La technologie est un secteur qui semble nettement attractif en ce sens, certains des plus grands noms du secteur démontrant comment les entreprises peuvent présenter une rentabilité durable. Microsoft affiche une offre croissante de produits et de services, une capacité éprouvée à s’adapter y compris pendant les cycles de marché difficiles ainsi qu’un modèle économique solide et durable, ce qui signifie que le géant technologique devrait être bien positionné compte tenu du ralentissement des perspectives de croissance.

La santé est un autre secteur intéressant qui a démontré sa capacité de résistance. Le secteur poursuit ses réinvestissements dans la recherche et le développement, ce qui se traduit par un pipeline dynamique, et il attire l’attention des investisseurs, notamment du fait d’une prise de conscience accrue en raison de la pandémie.

Il conviendrait aussi de tenir compte des entreprises de grande qualité considérées comme des « opérations de réouverture », ou des entreprises qui ont été pénalisées par la pandémie mais qui ont le potentiel de passer ce cap et d’offrir des rendements impressionnants à mesure que l’impact du Covid-19 s’estompera.

Amadeus, l’un des principaux fournisseurs espagnols de technologies de l’information pour l’industrie touristique, en est un bon exemple. Ses performances ont été décevantes, car l’ensemble du secteur des voyages a subi la pandémie de plein fouet et continue à souffrir de l’incertitude. Toutefois, nous pensons que la valorisation de la société affiche une décote excessive et qu’elle ne reflète pas la probabilité d’un rebond de la demande à mesure que les voyages reprendront. Parmi les autres opérations de réouverture, citons la société de restauration Compass Group, qui a récemment annoncé un retour à 88 % de son chiffre d’affaires d’avant Covid-19. Les références du Groupe en matière de développement durable sont solides : il s’est chargé du service traiteur de la COP26 en septembre, a organisé le premier match de football net zéro carbone au monde en septembre et a déployé un nouveau programme d’éco-étiquetage sur 300 sites commerciaux et industriels britanniques.

Il est important de garder à l’esprit que l’environnement actuel pèse sur les perspectives à court terme des actions mondiales, et qu’il faut prévoir un horizon à long terme de cinq ans pour pouvoir générer des performances durables sur le marché des actions mondiales.

Minimiser la cyclicité

Compte tenu du ralentissement de la croissance l’année prochaine, il est tout aussi important de réévaluer les mesures défensives et les opportunités.

L’arrivée constante de nouveaux variants du Covid-19, l’évolution constante des restrictions et les mesures budgétaires exceptionnelles ont mis en évidence l’importance de la flexibilité au sein des portefeuilles. Au cours de l’année passée, nous avons réduit les positions les plus cycliques, car elles sont plus sensibles à l’activité économique. Prenons le secteur bancaire par exemple : si un investisseur est trop exposé à des valeurs de ce secteur, il serait judicieux d’équilibrer cette exposition avec des positions moins sensibles dans des secteurs tels que la technologie, la santé et les logiciels.

Ceux qui espèrent une année 2022 sans heurts risquent d’être déçus. Toutefois, si les investisseurs en actions mondiales restent fidèles à des valeurs offrant la formule gagnante, à savoir potentiel de croissance à long terme, rentabilité durable et réinvestissements (tout en restant attentifs à l’ensemble de la situation et en ajustant leurs positions en conséquence), ils devraient célébrer Noël prochain et quitter l’année 2022 en meilleure position qu’ils ne l’ont commencée.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business

Recommandé pour vous

A la Une
La lassitude des followers signe-t-elle le déclin du marketing d’influence ?
Le marketing d’influence constitue un levier de communication très intéressant. …
A la Une
L’empathie au travail : une vertu en déclin
Dans le milieu professionnel, émotion et travail paraissent souvent comme incomp…
A la Une
Le digital redistribue les cartes du marché du luxe chinois
La Chine était le principal client des industries du luxe. La pandémie aura perm…
A la Une
Comment établir une Brand Voice sur les réseaux sociaux ?
Vous souhaitez faire rayonner votre marque à travers les réseaux sociaux ? Propo…
A la Une
Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot avril 2022
Ce fut un autre mois difficile, les marchés mondiaux du crédit étant en baisse, …
A la Une
Ce qui fait fuir les salariés dans une entreprise
Mauvais management, manque de liens sociaux, de flexibilité dans les horaires de…