Trimestre record sur le marché mondial des introductions en bourse

EY

  • Au troisième trimestre de 2020, le volume des émissions mondiales atteindra son niveau le plus élevé depuis 20 ans
  • La plus forte augmentation aux États-Unis et en Chine, mais l’Europe rattrape également son retard 
  • Une dynamique positive pour les introductions en bourse, mais les élections américaines, la pandémie, le Brexit et la crainte d’une bulle affectent ce sentiment sur les introductions en bourse en fin d’année 

Après un premier semestre faible, le marché mondial des introductions en bourse est maintenant en plein essor: au cours des trois derniers mois, les bourses du monde entier ont enregistré le troisième trimestre le plus fort depuis 20 ans, avec 447 introductions en bourse et un volume d’émissions total de 95 milliards de dollars US. Par rapport à la même période de l’année précédente, le nombre d’introductions en bourse a augmenté de 78%, et le volume d’émissions a même plus que doublé (plus 138%). Ces résultats sont ceux du baromètre actuel des introductions en bourse de la société d’audit et de conseil EY. 

Traditionnellement, le troisième trimestre est une période plutôt calme pour les introductions en bourse. En cette année où de nombreuses introductions en bourse ont été reportées en raison de la crise du coronavirus au premier semestre et où les marchés sont inondés de liquidités, les marchés boursiers ont atteint des niveaux records – et les marchés des introductions en bourse se sont également révélés exceptionnellement actifs. «Tout est différent cette année», déclare Tobias Meyer, responsable Transaction Accounting et IPO Services en Suisse, pour résumer la situation. « Le troisième trimestre, traditionnellement faible, s’avère cette fois être le plus fort de l’année à ce jour. »

Le marché américain et la Chine se sont particulièrement développés: en Chine (avec Hong Kong), le volume des émissions a augmenté de 139% pour atteindre 46,4 milliards de dollars US et le nombre de transactions est passé de 86 à 217, soit une progression de 152%. Aux États-Unis, le nombre d’introductions en bourse a plus que doublé, passant de 38 à 85 par rapport à la même période l’année dernière, et le volume d’émissions a même presque triplé, passant de 11,7 à 33,1 milliards de dollars US. Le nombre d’introductions en bourse est aussi en hausse en Europe – toutefois moins marquée que sur les autres grands marchés d’introductions en bourse: le volume des émissions a grimpé de 51% pour s’établir à 6,2 milliards de dollars US, et le nombre des introductions en bourse a fait un bond de 56%, à 39 opérations. Il n’y a pas eu d’introduction en bourse en Suisse au cours du troisième trimestre 2020. 

Zoom sur les entreprises technologiques


Le processus d’introduction en bourse a été motivé par des transactions importantes et de premier plan dans les secteurs de la technologie et de la santé: les introductions en bourse dans le secteur des technologies ont représenté 38% du volume d’émissions mondial, soit l’équivalent de 36 milliards de dollars US, et les entreprises du secteur de la santé 18% (17 milliards de dollars US). La plus grande transaction au monde au troisième trimestre 2020 a été l’introduction en bourse du fabricant chinois de puces Semiconductor Manufacturing International, qui a rapporté 7,5 milliards de dollars US, suivie par l’éditeur de logiciels américain Snowflake (3,9 milliards de dollars US) et la société immobilière chinoise KE Holdings (2,4 milliards de dollars US). 

Une seule des introductions en bourse du top 10 a eu lieu en Europe: celle du Britannique The Hut Group, un fournisseur de commerce électronique, qui a rapporté un total de 2,4 milliards de dollars US. «La crise du coronavirus intensifie la tendance à la numérisation. Les entreprises dont les modèles commerciaux sont liés à la transformation numérique de l’économie sont actuellement particulièrement demandées et sont en mesure de présenter une ‘equity story’ convaincante», déclare Tobias Meyer.

Des opportunités pour un véritable rallye de fin d’année – mais aussi des risques croissants


Selon Tobias Meyer, spécialiste des introductions en bourse, la dynamique positive du troisième trimestre, la forte liquidité du marché et le niveau élevé des évaluations – combinés à une volatilité relativement faible – sont autant de signes annonçant un véritable rallye de fin d’année sur le marché mondial des introductions en bourse. Qui plus est, la pression à l’investissement reste considérable du côté des investisseurs. Mais Tobias Meyer entrevoit également des risques: «le quatrième trimestre de 2020 et le début de l’année prochaine seront également marqués par les risques de hausse potentielle des chiffres d’infection et par les tensions actuelles entre la Chine et les États-Unis. Le Brexit et l’imminence des élections américaines sont des facteurs supplémentaires d’incertitude.»

Tobias Meyer, de EY Suisse, porte un regard critique sur le décalage existant dans le monde entier entre le faible développement économique d’une part et les valorisations boursières élevées d’autre part. De quoi faire craindre aux investisseurs qu’une bulle se profile à l’horizon, ce qui pourrait entraîner d’autres réactions au cours d’une année boursière déjà bien agitée. 

Retrouvez l’ensemble de nos articles Décryptage ici

Retour haut de page