Souriez, c’est payé : bienvenu au paiement par reconnaissance faciale

Souriez, c’est payé : bienvenu au paiement par reconnaissance faciale

3 juin 2021

Depuis le début de la pandémie, le paiement par reconnaissance faciale commence à faire son petit bout de chemin. C’est un mode de paiement qui est encore très méconnu en Europe alors qu’en Asie mais plus précisément en Chine, il fait partie du quotidien. Plus besoin d’argent liquide, de carte bancaire, ni même de smartphone en Chine : les consommateurs peuvent désormais payer leurs achats en scannant leur visage, dans un pays où la reconnaissance faciale connaît un essor fracassant. Surmonté par deux caméras de la taille d’une bille, l’écran reconnaît la personne, qui doit s’être inscrite au préalable, et affiche le montant. Le client n’a plus qu’à scanner son visage et le tour est joué.

Une technologie en pleine marche 

Cette nouvelle forme de paiement par reconnaissance faciale a fait son apparition en Chine fin 2018. Dans ce pays qui compte pas moins de 200 millions de caméras de surveillance, la technologie est déjà utilisée pour repérer des criminels, surveiller l’entrée des campus et même éviter les vols de papier toilette. Le géant chinois du paiement mobile, Alipay, mène la danse, avec des machines installées dans 100 villes du pays. L’entreprise entrevoit un énorme potentiel de croissance et prévoit d’investir plus de 380 millions d’euros pour améliorer sa technologie baptisée “Smile-to-Pay”. Un autre arrivant est aussi présent sur le marché à savoir WeChat Pay de Tencent.

Le segment est donc dominé par Alibaba et Tencent, les deux géants chinois de l’Internet. Le premier a commencé à déployer ses terminaux Dragonfly en décembre 2018. Le second a lancé les siens, appelés “Frog Pro”, en août 2019. Ces deux firmes ont pour avantage de proposer des porte-monnaie virtuels qui sont déjà largement utilisés par la population chinoise pour payer avec des codes QR”. Des start-ups tentent également d’investir ce secteur en plein essor. Outre-Atlantique, PopID, basée à Los Angeles, utilise également cette technologie pour permettre aux clients des restaurants de payer leur repas rien qu’avec leur visage.

Qu’en est-il de l’Europe ?

Si l’Asie et notamment la Chine ont déjà ont une longueur d’avance, l’Europe ne sera pas en reste. En effet, d’ici peu, de nombreux pays européens se feront doter de cette technologie pour répondre aux besoins quotidiens de la population. Parmi les premiers à être en lice, il faut noter l’Espagne qui sera doté de l’un des plus grands réseaux de DAB fonctionnant à partir de la reconnaissance faciale à travers le monde. De nombreuses entreprises se tournent actuellement vers cette technologie et d’ici là nous serons face à une vague de changement qui deviendra une habitude au quotidien. Nous pouvons donc dire adieu aux monnaies physiques mais aussi aux cartes bancaires ou aux mobiles monnaies. Tout se fera sous peu grâce au visage !

De nouvelles applications sont entrain d’être développées pour permettre aux particuliers mais aussi aux TPE et PME à adopter ce mode de paiement, et cela dans le but de faciliter l’accès à la technologie par paiement faciale. Mais ses avantages sont-ils à la hauteur des risques qu’elle comporte ?

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …