Revue du marché des ETF européens : Avril – highlights

Revue du marché des ETF européens : Avril – highlights

6 mai 2021

·         Les ETF domiciliés en Europe ont enregistré leur treizième mois consécutif de rentrées de fonds, soit 19,2 milliards de dollars en avril.

·         Les ETF d’actions sont restés en tête, enregistrant un total de 11,7 milliards de dollars de nouveaux capitaux.

·         Les ETF à revenu fixe ont enregistré des entrées de capitaux de 5,4 milliards de dollars en avril, après un mois de mars négatif.

Les ETF domiciliés en Europe ont continué de bénéficier d’une collecte régulière en avril

Le marché a attiré 19,2 milliards de dollars, les perspectives d’une croissance économique plus forte aux États-Unis ayant soutenu les actifs à risque. Les ETF d’actions se sont taillés la part du lion (11,7 milliards de dollars), tandis que les ETF de titres à revenu fixe ont inversé leurs sorties nettes du mois précédent, enregistrant des entrées nettes de 5,4 milliards de dollars. Les ETF de matières premières ont bénéficié d’entrées nettes de 0,5 milliard de dollars.

Au sein des actions, les stratégies de ETF d’actions durables ont enregistré les entrées les plus importantes en avril  – avec 4,2 milliards de dollars, menées par les expositions durables américaines (1,4 milliard de dollars), les ETF durables mondiaux (1,0 milliard de dollars), européens (0,5 milliard de dollars) et des marchés émergents (0,3 milliard de dollars) ayant également enregistré des entrées. Les ETF actions de cœur de portefeuille ont recueilli 2,1 milliards de dollars d’entrées au cours du mois, principalement grâce aux expositions mondiales (1,4 milliard de dollars) et aux ETF du marché américain (0,8 milliard de dollars).

En ce qui concerne les titres à revenu fixe, les ETF d’obligations d’État ont enregistré les plus fortes entrées (1,6 milliard de dollars), les expositions à la Chine (0,6 milliard de dollars), aux États-Unis (0,4 milliard de dollars) et au Royaume-Uni (0,2 milliard de dollars) étant les plus importantes. Les ETF d’obligations d’entreprises ont également bénéficié d’un afflux de capitaux (1,2 milliard de dollars), la plus grande partie étant consacrée aux obligations d’entreprises de la zone euro (1,4 milliard de dollars). Le sentiment de prise de risque a également soutenu les entrées dans les ETF d’obligations à haut rendement (1,1 milliard de dollars), principalement par le biais des expositions américaines (0,9 milliard de dollars).

En ce qui concerne les matières premières, une grande partie de l’afflux net de 0,5 milliard de dollars provient d’expositions larges (427 millions de dollars).

Les ETF Vanguard UCITS

La gamme Vanguard UCITS a enregistré des entrées de 2 milliards de dollars, dont 1,6 milliard de dollars d’actions et 0,4 milliard de dollars d’ETF de revenu fixe. Les flux d’ETF d’actions ont principalement concerné le Vanguard S&P 500 UCITS ETF(0,7 milliard), le Vanguard FTSE 250 UCITS ETF(0,4 milliard) et le Vanguard FTSE All-World UCITS ETF (0,3 milliard). Les flux de titres à revenu fixe ont été largement captés par le Vanguard Global Aggregate Bond UCITS ETF (0,2 milliard de dollars).

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …