Retourner au bureau, mais avec plus de flexibilité

Retourner au bureau, mais avec plus de flexibilité

25 juillet 2021

La crise sanitaire du coronavirus a bouleversé nos habitudes. Que cela concerne la vie personnelle ou professionnelle, des changements importants ont été vécus par nombre de salariés. Mais des études comme celle de la Harvard Business School Online montrent quelque chose de très intéressant : finalement, un gain de productivité a été constaté, en particulier dans le domaine du télétravail !

Alors que l’ensemble des salariés reprennent progressivement le chemin de l’entreprise, une réflexion s’impose d’autant plus que beaucoup d’entre eux ne souhaitent pas retrouver les conditions de travail d’ « avant covid ».

De la flexibilité avant toute chose…

Beaucoup de salariés qui ont été obligés de se mettre au travail en ligne en sont ressortis grandis et, pour un certain nombre d’entre eux, ont pu faire évoluer positivement leur carrière : ils se sont impliqués dans les tâches confiées et ont réussi à les mener à bien, malgré l’aspect virtuel des rencontres et du travail d’équipe.

Quand on les interroge quant aux nouvelles habitudes, la plupart d’entre eux demandent à bénéficier de nouvelles façons d’envisager la réalisation de leurs tâches professionnelles : après avoir « goûté » au travail à domicile, 61 % des personnes interrogées souhaiteraient ainsi continuer à travailler depuis chez elles deux ou trois jours par semaine. D’ailleurs, un tiers des sondés pense que la qualité de leur travail s’est améliorée durant le confinement. A contrario, ils ne sont que 20 % à vouloir reprendre leur activité comme elle était avant la crise sanitaire.

Une nouvelle façon de vivre émerge…

L’enquête menée par la Harvard Business School montre également que de nouvelles habitudes ont été prises, en particulier en ce qui concerne l’épanouissement personnel. Par exemple, la moitié des personnes interrogées a reconnu avoir lu pour, simplement, se faire plaisir.  Un peu plus de 70 % d’entre elles ont retrouvé le goût de la cuisine afin de manger sainement. Presque 45 % des sondés se sont remis à faire du sport. Ou encore, 36% se sont plus… reposés !

On constate donc que ce travail à domicile a changé pour ne pas dire bouleversé, nombre d’habitudes…  La grande tendance qui se dessine est quand même le fait de faire plus attention à soi. Si on analyse ce phénomène et qu’on le met en regard des indices de satisfaction cités dans le premier paragraphe, on peut conclure qu’au final, la situation s’est plutôt, curieusement, améliorée dans la perception qu’en a le salarié.

Mais des dispositions sanitaires sont nécessaires !

En effet, l’enquête montre aussi que plus de la moitié des personnes sondées souhaite la mise en place d’une distanciation sociale suffisante ainsi que rendre obligatoire le port du masque. Un peu moins de 75 % des salariés qui ont répondu à l’enquête ne veulent pas retrouver le chemin de leur bureau si leurs collègues ne sont pas vaccinés quasiment à 100% : ce positionnement risque d’être difficile à gérer dans les mois à venir pour les directeurs et les chefs d’entreprise !

D’ailleurs, 51% des sondés aimeraient être vaccinés avant de retourner dans leur entreprise. On constate donc que la santé est au cœur des priorités des salariés : l’étude menée par la Harvard Business School Online montre que 59 % d’entre eux font de leur bien-être et de leur santé une vraie priorité !

L’État prend en compte le changement des mentalités

En France, aujourd’hui, un tiers des salariés en télétravail bénéficie d’un cadre réglementaire adapté : cela montre que l’activité professionnelle en ligne est vraiment prise en compte par l’Etat et les structures patronales. La députée Paula Forteza souhaite appuyer ce mouvement en proposant qu’un salarié puisse bénéficier de la possibilité de travailler au moins deux jours par semaine depuis son domicile s’il en fait la demande.

Par ailleurs, certains grands groupes ont déjà anticipé ce mouvement : on peut citer Suez qui a négocié avec les différents partenaires sociaux pour permettre à ses salariés de « télé-travailler » deux jours par semaine. Le premier ministre, Jean Castex, a d’ailleurs fait part de ses réflexions qui vont dans le même sens : « mon vœu, c’est que le télé-travail survive à cette pandémie » a-t-il récemment déclaré.

Pour conclure, on peut donc dire que cette crise mondiale produite par la covid-19 a profondément bouleversé les habitudes de travail des salariés. Et l’on peut se risquer à affirmer que rien ne sera plus jamais comme avant ! Mais les différentes enquêtes qui ont été menées montrent que loin d’être une catastrophe, cette réorganisation du travail des salariés a plutôt produit, dans une grande majorité des cas, une amélioration des performances ainsi qu’une volonté de trouver un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Inside ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …