Les répercussions du conflit en Ukraine sur le marché

1 mars 2022

Les répercussions du conflit en Ukraine sur le marché

Par Andrew McCormick, Head of Fixed Income et CIO auprès de l’asset manager T. Rowe Price

Les banques centrales font face à une situation plus difficile pour lutter contre l’inflation

Comment les marchés ont-ils réagi au conflit ?

Les marchés se sont comportés de manière cohérente à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les principales réactions se concentrant sur les titres directement touchés par les sanctions ou risquant d’être touchés par de nouvelles sanctions.

La probabilité qu’il ne s’agisse que d’une brève invasion est désormais plus faible qu’on ne l’espérait. Cela signifie que les problèmes de chaîne d’approvisionnement et les pressions inflationnistes sont susceptibles de persister à plus long terme. Cela se reflète déjà sur les marchés pétroliers, mais nous nous attendons à ce que ces répercussions s’étendent à d’autres marchés, comme celui des céréales et d’autres produits provenant d’Ukraine et de Russie.

De manière générale, en ce qui concerne les titres à revenu fixe, T. Rowe Price était dans une position assez peu risquée avant la crise, ce qui nous ce qui nous positionne favorablement face aux bouleversements susceptibles de se produire au cours des prochains mois. Les marchés étaient déjà plus volatils avant que ces événements ne se produisent, et nous nous attendons à ce que le conflit accentue la situation. Au fur et à mesure que les turbulences se produisent, nous sommes prêts à intervenir sur les marchés et nous pensons qu’il y aura des occasions de le faire.

Quels sont les impacts économiques globaux ?

Parmi les impacts les plus vastes de ce conflit, les problèmes de chaîne d’approvisionnement et les pressions inflationnistes seront au centre des préoccupations de nombreux investisseurs dans le monde. Il est presque certain que ces problèmes compliqueront la tâche déjà difficile des banques centrales, qui doivent essayer de lutter contre l’inflation.

Au début de ce conflit, on s’attendait à ce que les banques centrales de la plupart des marchés développés commencent à relever leurs taux à court terme. La Réserve fédérale américaine, par exemple, devait commencer à relever ses taux d’intérêt en mars.

Les événements de ces derniers jours ont très certainement compliqué la tâche des banquiers centraux. Il sera donc difficile d’organiser un atterrissage en douceur – un exploit complexe dans presque tous les environnements de marché.

À ce stade, nous pensons que les banques centrales procéderont comme prévu et que les taux commenceront à augmenter en mars. La situation sera un peu plus difficile à cerner au fil de l’année et dépendra probablement de la manière dont le conflit se déroulera.

Que faut-il suivre en particulier?

Nous surveillons un certain nombre de domaines susceptibles de déclencher une escalade.

1. Les développements concernant les flux de gaz et de pétrole en provenance de Russie.

2. La Russie a signalé qu’elle allait respecter les traités de l’OTAN, mais tout signe de changement serait une source d’inquiétude.

Quelles sont les perspectives à plus long terme en matière d’obligataire ?

Avant le conflit, les taux d’intérêt ont augmenté et les écarts de crédit se sont légèrement creusés. Il s’agissait de mouvements cohérents fondés sur le fait que les banques centrales retiraient leurs politiques monétaires ultra-accommodantes mises en place pendant toute la durée de la pandémie de COVID-19.

Les données relatives à la croissance et à l’inflation ont été extrêmement solides, ce qui rendait ce virage dans la politique des banques centrales compréhensible. L’un des résultats d’un tel changement de politique a été une augmentation de la volatilité. De telles périodes sont propices à des dislocations de prix et à l’émergence d’opportunités d’achat.

Récemment, des rendements du Trésor de l’ordre de 2 % à 2,5 % et des spreads d’obligations à haut rendement d’environ 500 points de base ont été extrêmement intéressants. Nous pensons que ces niveaux seront atteints courant 2022. Par conséquent, cela peut contribuer à un intérêt croissant pour les obligations au fil de l’année.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business

Recommandé pour vous

A la Une
La lassitude des followers signe-t-elle le déclin du marketing d’influence ?
Le marketing d’influence constitue un levier de communication très intéressant. …
A la Une
L’empathie au travail : une vertu en déclin
Dans le milieu professionnel, émotion et travail paraissent souvent comme incomp…
A la Une
Le digital redistribue les cartes du marché du luxe chinois
La Chine était le principal client des industries du luxe. La pandémie aura perm…
A la Une
Comment établir une Brand Voice sur les réseaux sociaux ?
Vous souhaitez faire rayonner votre marque à travers les réseaux sociaux ? Propo…
A la Une
Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot avril 2022
Ce fut un autre mois difficile, les marchés mondiaux du crédit étant en baisse, …
A la Une
Ce qui fait fuir les salariés dans une entreprise
Mauvais management, manque de liens sociaux, de flexibilité dans les horaires de…