Quelles sont les clés d’une bonne communication ?

Quelles sont les clés d’une bonne communication ?

12 septembre 2021

La communication se veut être la clé pour faire passer vos idées à votre équipe. Elle reste essentielle que vous communiquiez en face à face ou à distance, c’est-à-dire par les moyens de communication modernes à notre disposition et plus que jamais plébiscités face à la pandémie actuelle. Tout en tenant compte de ces différents contextes, on vous dévoile ici les clés d’une bonne communication :

Savoir cerner l’intention

Une communication efficace se base avant tout sur l’essentiel et se focalise sur un seul objectif afin que le discours ne soit pas dilué. Il s’agit de se concentrer sur ce que l’on veut que les gens retiennent et ce, bien avant de donner forme au message que l’on va communiquer à son équipe.

Votre discours doit dans tous les cas avoir un caractère concis, car ainsi seulement, vous aurez de l’impact auprès de votre auditoire. Dans le respect de cette concision, gardez à l’esprit que le cerveau humain ne retiendra que 5 messages clés au maximum. Au-delà, il y a peu de chances que votre public retienne les éléments importants de votre discours.

Montrer de l’empathie

Une communication efficace tient également compte des priorités de son auditoire. Votre audience doit pouvoir se retrouver dans votre discours. Vous devez rechercher du concret dans les enjeux que vous mettez en avant et ce, en utilisant un vocable qui parle à votre auditoire. Cette adaptation nécessaire s’apparente ainsi à un calque du comportement de vos interlocuteurs. Vous avez besoin de vous identifier à eux et de comprendre ce qui les motive ou encore ce qui les préoccupe.

Il faut que l’on sente que vous êtes proche de votre auditoire et que vous les comprenez mieux que quiconque. Pour insuffler les bons mots et les bonnes priorités dans votre communication, vous devez alors vous inspirer de ce que votre auditoire vous dit à travers une bonne capacité d’écoute. Ainsi, vous créerez aussi un sentiment d’ouverture et de proximité qui facilitera l’assimilation de vos messages auprès de vos cibles.

Lutter efficacement contre le déficit d’attention

Le dernier élément clé d’une bonne communication se veut être votre capacité à retenir l’attention et la concentration de votre audience, déjà sur-sollicitée par son environnement s’il ne fallait évoquer que les alertes sur ses Smartphones et les stimuli variés qui viennent du cadre dans lequel elle évolue. La bonne marche à suivre est de répéter souvent vos messages essentiels en changeant de formulation et de tournure.

Suscitez également l’attention de votre auditoire dans la manière dont vous vous adressez à lui. Il peut aussi bien s’agir de votre posture et de votre regard pendant vos discours en face à face que de la manière dont vous amorcez votre discours dans l’hypothèse de messages électroniques. Heureusement, il existe mille et une manières de faire passer des messages. Il s’avèrera très utile de les exploiter une à une afin de capter l’attention de votre audience et ce, en lui apportant de la nouveauté à travers votre démarche même si les messages que vous souhaitez faire passer restent des plus classiques. Faites simplement jouer votre imagination.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Inside ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …