Pourquoi les parents les plus aisés se ruent-ils sur l’enseignement à distance ?

18 novembre 2020

Pourquoi les parents les plus aisés se ruent-ils sur l’enseignement à distance ?

L’UNESCO estimait à 29 le nombre de pays ayant décidé la fermeture des établissements scolaires sur l’intégralité du territoire, soit près de 400 millions d’enfants. Là où les écoles ont fermé dû au Covid-19, certains élèves ont pu suivre l’enseignement à distance. Et c’est souvent le cas des parents les plus aisés. Ils se permettent ainsi de faire appel à des « superprofs » pouvant imposer plusieurs centaines de dollars par heure. Voyons cela plus en détail…

Pas d’autre choix…

En ces circonstances délicates, les parents les plus aisés ne résignent pas sur les moyens afin que leurs enfants ne fassent pas face à des difficultés dans le futur. Ainsi, dans les pays où les écoles ont été contraintes de fermer, les parents ont fait le choix de payer des professeurs, dits « superprofs », aux tarifs élevés, mais pouvant parvenir à pallier le manque que constitue cette fermeture brutale des établissements d’enseignement.

Ceux-ci disposent des équipements nécessaires, avec une connexion internet rapide et stable à la fois, permettant aux enfants de suivre leurs cours sans aucun souci. L’enseignement à distance représente ainsi, aux parents aisés, une alternative très intéressante, malgré les coûts colossaux que cela induit.

Des cours particuliers coûteux !

Les « superprofs » sont utiles, notamment lorsque les élèves ne parviennent pas à travailler seuls. Les parents sont ainsi obligés de faire appel à des professeurs pouvant exercer une activité annexe. Ceux-ci peuvent ainsi générer autant d’argent que leur travail officiel, et ainsi mettre de l’argent de côté.

C’est notamment le cas de cette professeure que nous nommerons X pour conserver son anonymat. Celle-ci estime que « cette activité annexe lui permet d’apporter de l’aide aux enfants, mais également à épargner de l’argent qu’elle consacrera à la scolarité de son enfant ».

Et une fois de retour à la normale ?

Pouvoir s’offrir ce luxe nécessaire pour la réussite scolaire de leur(s) enfant(s), tel est le choix de certains parents aisés.  Ceux-ci sont capables de payer des centaines d’euros par heure pour des cours dits « annexes » qui sont fournis par des « superprofs ». Cependant, ce choix reste temporaire, comme en témoigne la « superprof » X qui estime que les élèves préfèrent largement les cours en présentiel qu’à distance.

Retrouvez l’ensemble des articles de la rubrique Inside ici

Recommandé pour vous

A la Une
La lassitude des followers signe-t-elle le déclin du marketing d’influence ?
Le marketing d’influence constitue un levier de communication très intéressant. …
A la Une
L’empathie au travail : une vertu en déclin
Dans le milieu professionnel, émotion et travail paraissent souvent comme incomp…
A la Une
Le digital redistribue les cartes du marché du luxe chinois
La Chine était le principal client des industries du luxe. La pandémie aura perm…
A la Une
Comment établir une Brand Voice sur les réseaux sociaux ?
Vous souhaitez faire rayonner votre marque à travers les réseaux sociaux ? Propo…
A la Une
Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot avril 2022
Ce fut un autre mois difficile, les marchés mondiaux du crédit étant en baisse, …
A la Une
Ce qui fait fuir les salariés dans une entreprise
Mauvais management, manque de liens sociaux, de flexibilité dans les horaires de…