Muzinich & Co.: Perspectives 2022 sur les marchés mondiaux du crédit

15 décembre 2021

Muzinich & Co.: Perspectives 2022 sur les marchés mondiaux du crédit

Le temps de la récolte

Contexte macroéconomique mondial

Nous pensons que la croissance économique en 2022 restera supérieure au potentiel dans les économies avancées et qu’elle ralentira dans les pays en développement par rapport à 2021. Nous pensons que les pressions inflationnistes diminueront quelque peu au début de 2022, mais pas assez loin ni assez vite pour apaiser les tensions à l’extrémité courte de la courbe.

Taux d’intérêt

Nous pensons que la Réserve fédérale américaine commencera à relever ses taux d’intérêt au plus tôt à la mi-2022, tandis qu’il faudra peut-être attendre la fin de l’année 2023 pour que la Banque centrale européenne soit pleinement préparée à une hausse des taux. Les banques centrales des pays émergents ont déjà commencé à relever leurs taux d’intérêt et la plupart de ces mesures prendront fin en 2022. Nous nous attendons à ce que les rendements réels augmentent en 2022, ce qui poussera également les taux d’intérêt nominaux à la hausse. L’extrémité longue de la courbe devrait alors être bien ancrée, ce qui pourrait conduire à un nouvel aplatissement léger de la courbe longue, tandis que l’extrémité courte pourrait devenir encore plus raide.

Duration

Si, d’un point de vue structurel, nous continuons à privilégier le risque de crédit par rapport au risque de duration, il y a place pour une approche plus tactique de la gestion de la duration dans les portefeuilles flexibles. Notre opinion sur les stratégies Barbell en termes de duration reflète notre perception d’incertitudes importantes liées à Covid-19, au ralentissement de l’inflation et à la fonction de réaction des banques centrales. Nous pensons que l’environnement de forte volatilité sur les marchés des obligations d’État se poursuivra en 2022.

Crédit

  • Après avoir atteint un point bas au deuxième trimestre 2020, les fondamentaux du crédit aux entreprises ont culminé après le début de la pandémie en 2021, mais restent robustes avec des bilans solides dans un cycle de rentabilité robuste. Les défaillances restent faibles et l’endettement net s’est amélioré. La migration positive du crédit continue de donner le vent en poupe, en particulier pour les obligations à haut rendement.
  • On s’attend à ce que les conditions techniques s’améliorent en 2022, car l’offre nette devrait être moins importante, notamment dans le secteur du haut rendement. La demande d’instruments à taux variable et à court terme devrait également se maintenir. En outre, nous prévoyons une nouvelle augmentation des émissions d’obligations liées aux critères ESG dans le secteur du haut rendement et de l’investment grade.
  • Évaluations – même après l’élargissement de novembre 2021, les spreads de crédit restent historiquement étroits. Toutefois, la solidité des ratios de crédit et la recherche de rendement pourraient maintenir les spreads de crédit dans une fourchette similaire à celle du T4 2021.

Positionnement du portefeuille

  • Nous pensons que le « carry » sera toujours roi en 2022. Compte tenu de l’anticipation d’une croissance mondiale soutenue, les investisseurs maintiendront probablement leur surpondération dans les actifs à risque et achèteront en période de récession, à condition que des lockdowns sévères puissent être évités. Notre préférence pour le portage signifie que nous maintiendrons la surpondération des obligations à haut rendement de 2021 au cours du premier semestre 2022.
  • Les valorisations actuelles et les incertitudes Covid 19 suggèrent de conserver une orientation qualité pour les investissements en obligations à haut rendement, car la génération de cash-flow sera au centre des préoccupations afin d’obtenir un portage avec une faible volatilité. Nous considérons que les obligations européennes à haut rendement offrent une valeur relative intéressante si l’on tient compte du coût de la couverture de change.
  • Les crédits titrisés, les prêts à effet de levier et les placements en dette privée devraient faire l’objet d’une forte demande, car tous les instruments à taux variable offrent un portage plus élevé et une volatilité plus faible que les obligations. Ils devraient également bien contribuer à l’amélioration du ratio de Sharpe des portefeuilles.
  • Du point de vue de l’allocation sectorielle, nous aimons une combinaison de producteurs de matières premières, de secteurs sélectifs de réouverture/cycliques qui ont encore une certaine valeur et de quelques secteurs défensifs avec un pouvoir de génération de flux de trésorerie relativement élevé.
  • Nos portefeuilles resteront probablement exposés aux obligations bancaires subordonnées. Les banques bénéficieront probablement d’une normalisation des taux d’intérêt et de courbes plus pentues. Les bilans des banques semblent également sains malgré la gravité de la récente récession liée à la pandémie. Nous maintenons notre opinion positive sur les titres financiers de premier rang diversifiés.
  • Nous avons besoin de meilleures valorisations pour reprendre la surpondération des obligations d’entreprises subordonnées.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business

Recommandé pour vous

A la Une
La persévérance, maître-mot de l’investissement en valeurs technologiques
Par Torsten von Bartenwerffer, Co-Head Multi Asset Solutions chez Fisch Asset Ma…
A la Une
Les clés pour faire une bonne première impression
Bien que l’adage “l’habit ne fait pas le moine” soit connu de tous, beaucoup de …
A la Une
Perspectives 2023 : des opportunités existent malgré les inquiétudes
Photo Raphaël Gallardo © Carmignac Aux États-Unis, une récession plus tardive ma…
A la Une
Comment améliorer sa concentration au travail ?
Une bonne concentration est essentielle en vue de réaliser toute tâche avec succ…
A la Une
DWS Market Outlook 2023 : Le rendement des actifs à risque doit être supérieur...
« Se demander dans quelle mesure et à quelle vitesse l’inflation peut…
A la Une
Rompre avec les mauvaises habitudes
Nous avons tous des habitudes. Bien que la plupart d’entre elles soient sans con…