Opportunités d’investissement du investment grade obligations dans les secteurs en réouverture

Opportunités d’investissement du investment grade obligations dans les secteurs en réouverture

13 mai 2021

 Par Tatjana Greil Castro, gestionnaire de portefeuille Investment Grade/Crossover chez Muzinich & Co – Photo © Muzinich

Résumé clé

Les secteurs en réouverture tels que les compagnies aériennes et les hôtels continuent d’offrir des opportunités intéressantes, mais nous devenons plus prudents à mesure que les valorisations se resserrent. Dans un environnement positif pour le crédit, nous avons une plus grande pondération vers le haut rendement dans nos stratégies croisées. Nous voyons également des opportunités dans la partie 3-5 ans de la courbe investment grade ainsi que le potentiel d’une reprise du rendement en passant des actifs libellés en euros aux actifs libellés en dollars US, même après l’intégration des coûts de couverture.

Opportunités d’investissement dans les secteurs en réouverture

Depuis le second semestre 2020, des opportunités intéressantes se sont présentées dans les secteurs de réouverture tels que les compagnies aériennes, les loisirs et les hôtels. Ces secteurs ont surperformé le marché au sens large. Si les indices individuels et les spreads de crédit n’ont pas atteint leurs collimateurs absolus, ils s’en rapprochent, et nous pensons qu’il est temps d’être plus prudent sur les valorisations alors que les économies continuent de se redresser. Une grande partie de la reprise a déjà été évaluée, mais nous continuons à considérer le thème de la réouverture comme une opportunité d’investissement potentielle. Toutefois, nous pensons que nous atteignons un point où nous devons adopter une position plus défensive et veiller à ce que notre analyse de crédit soit particulièrement approfondie, notamment dans les entreprises situées à l’extrémité inférieure du spectre de crédit.

La Réserve fédérale américaine (Fed) étant ancrée à l’extrémité courte pour les prochaines années, nous pensons que la courbe va continuer à s’accentuer. Cette situation devrait perdurer pendant un certain temps, car la Fed n’agira qu’en fonction des données sur l’inflation et le chômage, plutôt que sur l’inflation et les attentes du marché. En termes de duration, nous voyons des opportunités dans le ventre de la courbe où nous bénéficierions le plus fortement du rolldown.

Les obligations notées BB et les actifs libellés en dollars US offrent un rendement supplémentaire

Nous pensons que nous sommes dans un environnement de portage avec un faible risque de taux de défaut, où il est temps de couper les coupons et de capturer les spreads. Nous sommes constructifs sur le haut rendement. Dans ce segment, nous nous concentrons sur les obligations notées BB, pour lesquelles nous avons constaté historiquement la plus grande valeur dans le temps par rapport aux autres notations de haut rendement.

Nous constatons également des possibilités d’amélioration du rendement en passant d’actifs libellés en euros à des actifs libellés en dollars américains, même après l’intégration des coûts de couverture. Nous devons être attentifs au risque de taux d’intérêt et nous pensons que la partie 3-5 ans de la courbe investment grade est intéressante car elle offre ce que nous pensons être une bonne reprise, un bon roll down et un risque d’intérêt contenu.

La Banque centrale européenne (BCE) et la Fed sur des voies différentes

En mars, nous avons vu la BCE intensifier ses efforts d’assouplissement quantitatif (QE) pour se protéger du risque de taux d’intérêt américain. La BCE travaille contre une corrélation avec les taux d’intérêt américains, car elle est en retard sur ce qu’elle doit atteindre en termes d’inflation, et rien ne laisse présager qu’elle atteindra son objectif de sitôt. Elle est confrontée à un problème d’équilibre car elle ne souhaite pas être prise au piège de l’enthousiasme américain et des hausses de taux attendues.

Nous avons constaté une réduction des anticipations d’inflation et des contestations de la Fed par le marché lors des récents mouvements de taux et nous pensons que le message de la Fed est plus clairement entendu qu’il y a plusieurs semaines. Au départ, le marché s’est emballé à propos de la reprise et du plan de relance et de son effet anticipé sur l’inflation, et nous nous attendons à ce que cette euphorie revienne périodiquement. Le défi pour la BCE est de définir sa politique monétaire en fonction de sa propre région et de ne pas se laisser influencer par les États-Unis.

La manière dont la BCE communiquera la date limite de fin de son programme d’assouplissement quantitatif suscite également des inquiétudes. On s’attend à ce que le programme d’achat d’urgence en cas de pandémie se termine progressivement d’ici juin 2022. D’ici juin/septembre de cette année, la BCE devra commencer son exercice de communication sur le sujet pour contenir la volatilité. La Fed devrait être confrontée à des problèmes de communication similaires concernant son programme de réduction progressive des émissions.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …