Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot mars 2022

12 avril 2022

Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot mars 2022
  • Les marchés mondiaux du crédit ont enregistré des résultats mitigés en mars. Ce fut un nouveau mois difficile pour le crédit sensible à la duration, les taux ayant augmenté.
  • La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé son plan de hausse des taux qui consiste en plusieurs augmentations de taux et une réduction progressive de l’assouplissement quantitatif. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé la fin de son programme pandémique d’achat d’actifs d’ici la fin du deuxième trimestre et son intention de relever les taux d’intérêt au second semestre 2022. Cette communication a été jugée très optimiste et a entraîné une hausse des taux d’intérêt à court terme, ce qui a permis de réduire considérablement le montant de la dette européenne à rendement négatif.
  • Au cours du mois, le ventre de la courbe du US Treasury s’est aplati (3 ans à 7 ans plus plat) et le segment 7 à 10 ans s’est inversé, les taux à 10 ans étant inférieurs aux taux à 7 ans. Historiquement, une courbe de rendement inversée sur plusieurs mois est un indicateur d’un environnement de récession.
  • Les marchés émergents (ME) ont continué à être mis à mal ce mois-ci par les performances négatives de la Chine (en particulier le secteur immobilier) et des actifs russes, ainsi que par la hausse des taux américains.

En outre, veuillez consulter ci-dessous la mise à jour du marché du crédit pour les États-Unis, l’Europe et les marchés émergents:

US

Ce fut un autre mois difficile pour les titres à fixed income américains, les taux ayant augmenté, ce qui a eu un impact direct sur les crédits sensibles à la duration, comme les obligations d’entreprises d’investment grade et les Treasuries.  Les données économiques du mois de mars ont été solides et l’inflation a augmenté. La Réserve fédérale américaine (Fed) a annoncé son plan de relance, qui prévoit plusieurs hausses de taux et une réduction progressive de l’assouplissement quantitatif. Au cours du mois, le ventre de la courbe s’est aplati (de 3 à 7 ans) et le segment de 7 à 10 ans s’est inversé, les taux à 10 ans étant inférieurs aux taux à 7 ans. Historiquement, une courbe de rendement inversée pendant plusieurs mois est un indicateur d’un environnement de récession. Bien que les nouvelles émissions de titres du high yield soient restées discrètes, les émetteurs de titres BB et B ont pu se présenter sur le marché.  Les émetteurs CCC, en revanche, ont trouvé le marché difficile, les participants au marché ayant réévalué leur appétit pour le risque.

Nous constatons en général que les émetteurs de titres high yield n’ont pas eu besoin de se présenter sur le marché des nouvelles émissions et d’émettre dans l’environnement actuel de taux plus élevés, car ils ont déjà verrouillé des taux historiquement bas avec des échéances à long terme. Cette limitation des nouvelles émissions a freiné l’élargissement des spreads. Ce n’est pas le cas sur le marché de l’investment grade où les émetteurs ont généralement une variété d’échéances en cours (par exemple, des obligations à 5, 10 et 30 ans) et sont habitués à accéder régulièrement au marché. Les spreads des obligations d’investment grade ont été plus larges en raison de cet impact technique.

Europe

Les rendements des titres à fixed income européens ont été mitigés en mars, le high yield étant stable ou à peine positif, tandis que le crédit sensible à la duration a connu un recul plus important. Au début du mois, les spreads se sont élargis en raison de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Toutefois, au fil du mois, les préoccupations relatives à l’inflation, aux taux et à l’action des banques centrales ont dominé les pensées des investisseurs. La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé qu’elle mettrait fin à son programme pandémique d’achat d’actifs d’ici la fin du deuxième trimestre et qu’elle avait l’intention de relever les taux d’intérêt au cours du deuxième semestre de 2022. Cette communication a été considérée comme très belliqueuse et a entraîné une hausse des taux d’intérêt à court terme.  Avec la hausse des taux à court terme, le montant de la dette européenne à rendement négatif a considérablement diminué. Le marché des nouvelles émissions d’investment grade titres a rouvert à la mi-mars et le marché des titres à high yield devrait rouvrir après Pâques.

ME

Les marchés émergents (ME) ont continué à être mis au défi ce mois-ci par les performances négatives de la Chine (en particulier le secteur immobilier) et des actifs russes, ainsi que par la hausse des taux américains et des impressions d’inflation. Alors que la guerre en Ukraine continue de faire des ravages, les marchés semblent faire abstraction de la situation géopolitique actuelle. Les marchés émergents ont enregistré des flux entrants chaque semaine de la seconde moitié du mois. Nous notons que les données économiques saisonnières du deuxième trimestre ont historiquement soutenu le deuxième trimestre de l’année comme le trimestre de rendement total le plus fort pour le crédit d’entreprise mondial au cours des 10 dernières années (Bloomberg, 31 mars 2022). En outre, en ce qui concerne le high yield ME, un deuxième trimestre négatif en début d’année ne s’est produit qu’une seule fois en 2018, avec un ensemble de données remontant à 2003 (ibid., 31 mars 2022).

Les données positives pour de solides résultats saisonniers sont encore renforcées par des fondamentaux de bilans solides, des valorisations plus compétitives qu’en début d’année et un faible positionnement des allocateurs d’actifs sur les titres à revenu fixe, JPMorgan estimant que les allocations obligataires des investisseurs dans le monde représentent 18 % du portefeuille moyen, soit le niveau le plus bas depuis 2008 (Bloomberg, « PM Strategist Says Bonds Rotation Into Equities to Slow From 2Q », 31 mars 2022). La Chine a publié des données économiques décevantes à la fin du mois, notamment des indices PMI inférieurs à 50, indiquant une contraction économique tant pour le secteur manufacturier que pour les services. Le coût économique de la politique de tolérance zéro de la Chine en matière de COVID-19 est maintenant clairement visible. Nous continuons à surveiller les signes d’une dislocation des prix qui pourrait présenter des opportunités intéressantes.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business

Recommandé pour vous

A la Une
La lassitude des followers signe-t-elle le déclin du marketing d’influence ?
Le marketing d’influence constitue un levier de communication très intéressant. …
A la Une
L’empathie au travail : une vertu en déclin
Dans le milieu professionnel, émotion et travail paraissent souvent comme incomp…
A la Une
Le digital redistribue les cartes du marché du luxe chinois
La Chine était le principal client des industries du luxe. La pandémie aura perm…
A la Une
Comment établir une Brand Voice sur les réseaux sociaux ?
Vous souhaitez faire rayonner votre marque à travers les réseaux sociaux ? Propo…
A la Une
Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot avril 2022
Ce fut un autre mois difficile, les marchés mondiaux du crédit étant en baisse, …
A la Une
Ce qui fait fuir les salariés dans une entreprise
Mauvais management, manque de liens sociaux, de flexibilité dans les horaires de…