Muzinich & Co: Commentaire de Marché Hebdomadaire – Le dollar américain et l’ « argent chaud »

20 septembre 2022

Muzinich & Co: Commentaire de Marché Hebdomadaire – Le dollar américain et l’ « argent chaud »

Bien que ce soit rarement le cas, les marchés financiers ont été dominés cette semaine par la publication d’une donnée économique – l’indice des prix à la consommation (IPC) des États-Unis. L’inflation globale pour le mois d’août a été de +0,1% en glissement mensuel, la baisse des prix de l’énergie commençant à faire sentir ses effets, ce qui a ramené l’inflation en glissement annuel à 8,1% après le pic de 9,1% atteint en juin. Toutefois, l’IPC de base a augmenté de +0,6% d’un mois sur l’autre en août. Cette augmentation est deux fois plus rapide que le consensus Bloomberg de +0,% et a fait grimper l’IPC de base à 6,3% (en glissement annuel), inversant la tendance à la baisse constante en place depuis le sommet de l’IPC de base en mars plus tôt cette année. La force au sein de l’IPC de base a été généralisée, avec le logement (loyers) et les services médicaux en hausse. Par ailleurs, les composantes plus volatiles, telles que les voitures d’occasion, ont baissé moins que prévu.

Le message des membres du Comité fédéral de l’open market (FOMC) est qu’ils doivent observer une tendance constante à la baisse de l’inflation avant d’être prêts à lever le pied. Les prévisions ayant été supprimées, c’est aux investisseurs qu’il revient de prendre en compte la crainte d’une hausse de l’inflation. La courbe du gouvernement américain s’est aplatie de manière agressive, les rendements à 2 ans augmentant de 34 points de base et le rendement à 30 ans de 6 points de base (ainsi, la courbe 2 ans-30 ans s’est aplatie de 28 points de base). Les investisseurs semblent croire que le FOMC va continuer à augmenter les taux à un rythme accéléré. Le pic des taux d’intérêt est toujours prévu pour mars 2023, mais le pic prévu pour les taux est maintenant passé à 4,48%. À la fin du mois d’août 2022, le pic interprété pour les taux en mars 2023 était prévu à 3,98%. Les investisseurs ont donc augmenté le taux terminal de 50 points de base à la lumière des données du mois d’août sur les prix à la consommation. Il est raisonnable de conclure qu’il sera difficile pour le FOMC de justifier un ralentissement des hausses de taux, mais le processus décisionnel du Comité ne repose pas sur un seul point de données. Nous pensons qu’ils seront satisfaits du resserrement qui se reflète déjà dans les conditions financières et nous nous attendons à ce qu’une fois que ces conditions se seront installées, l’inflation se normalisera pour atteindre les niveaux de prix à long terme. Se pourrait-il que les taux d’intérêt finaux soient maintenant plus que pleinement évalués? Le marché restera très sensible au commentaire du Comité la semaine prochaine après sa réunion de décision sur les taux. 

Comme cela a été le cas pendant la majeure partie de l’année, les classes d’actifs « à risque » sont restées positivement corrélées aux prix des obligations d’État. La baisse des prix des obligations a entraîné celle des actions. Les spreads de crédit des entreprises se sont élargis, interprétant la hausse des rendements comme une augmentation de la probabilité de récession l’année prochaine (2023). L’épicentre de la hausse des rendements étant situé aux États-Unis, les actifs américains ont sous-performé l’Europe et les marchés émergents. La seule exception est le dollar américain, qui s’est apprécié par rapport aux devises mondiales, l’indice du dollar américain (DXY) s’appréciant de 1% sur la semaine. La force du dollar américain est devenue un sujet d’actualité – quel est l’impact de la force du dollar? Les marchés émergents sont-ils menacés par la hausse du dollar américain? L’impact de l’appréciation du dollar américain est un resserrement monétaire, ce qui, au niveau macroéconomique, est mauvais pour tous les actifs à risque. Nous devrions nous attendre à ce que les actions sous-performent la dette, et avec moins de liquidités disponibles, il est prudent d’éviter l’extrémité la plus faible du spectre des notations de crédit qui dépend d’un financement bon marché et, dans la dette des pays émergents, les marchés frontières qui dépendent du financement en dollars américains. Enfin, nous nous attendons à ce que les entreprises et les souverains indisciplinés soient punis (la Turquie en est un bon exemple).

Une autre façon d’analyser l’effet de la force du dollar américain est de se demander où s’écoule tout l’excès de liquidité ou « argent chaud », car lorsque la liquidité en dollar américain est retirée, ce refuge d’argent chaud est la zone la plus touchée. Avant 2013, nous aurions écrit que les marchés émergents sont à risque, mais l’argent chaud a quitté les marchés émergents après le « taper tantrum » et n’est jamais revenu. L’excès de liquidités a été recyclé dans les actifs technologiques et numériques. Donc non, à part le bêta macro associé à l’appréciation du dollar américain, nous ne sommes pas concernés par les marchés émergents sur cette base. Cela explique également pourquoi les devises des pays émergents n’ont pas sous-performé les autres devises des marchés développés par rapport au dollar américain depuis le début de l’année, et pourquoi les actifs technologiques et numériques sont la classe d’actifs la moins performante cette année.

Graphique de la semaine: L’argent chaud des marchés émergents en 2013, pas en 2022

Source: À des fins d’illustration uniquement. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des résultats actuels ou futurs et ne doivent pas être le seul facteur à prendre en considération lors de la sélection d’un produit ou d’une stratégie.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business

Recommandé pour vous

A la Une
BlackBerry : la descente aux enfers semble terminée
BlackBerry est au sommet de sa gloire dans les années 2000.  La marque lége…
A la Une
Le métavers : le prochain grand saut technologique
Un monde parallèle dans lequel vous pouvez entrer grâce à un casque de réalité v…
A la Une
Actualité sur les semi-conducteurs : nouvel épisode
Par Chris Gannatti, Global Head of Research, WisdomTree Nous avons récemment écr…
A la Une
L’avenir du conseil financier — l’homme et la machine: l’opinion de la clientèle sur...
Par Christophe Collet, Senior Sales Executive, Vanguard L’augmentation des offre…
A la Une
Portrait du Chef Bertrand Jeanson
Photos Bertrand Jeanson © Château Brachet Bertrand Jeanson a une passion pour la…
A la Une
L’avenir du conseil financier — l’homme et la machine: l’opinion de la clientèle sur...
Par Christophe Collet, Senior Sales Executive, Vanguard L’augmentation des offre…