L’explosion des cas de COVID-19 en Inde impacte le marché mondial du pétrole

L’explosion des cas de COVID-19 en Inde impacte le marché mondial du pétrole

11 mai 2021

Les prix du pétrole poursuivre leur chute, alourdis par les craintes que la flambée des cas de COVID-19 en Inde ne fasse baisser la demande de carburant chez le troisième plus grand importateur de pétrole au monde. Les contrats à terme sur le Brent pour juin ont chuté de 48 cents, soit 0,7%, à 66,09 $ le baril à 05 h 15 GMT, après avoir chuté de 48 cents mardi. Les contrats à terme sur le brut américain West Texas Intermediate (WTI) pour juin ont chuté de 52 cents, ou 0,8%, à 62,15 $ le baril. Le contrat de mai a expiré mardi en baisse de 1,5% à 62,44 $. 

« L’Inde est un grand consommateur de pétrole brut. Ainsi, l’augmentation des cas de virus et par conséquent les restrictions visant à limiter la propagation réduiront les perspectives de demande », a déclaré Ravindra Rao, vice-président des matières premières chez Kotak Securities. « Les marchés mondiaux du brut restent bien approvisionnés avec l’OPEP et ses alliés qui devraient augmenter leur production dans les mois à venir. Donc, si la situation de la demande ne s’améliore pas de manière significative, les prix pourraient encore se corriger. » 

L’Inde submergée par une vague terrible de COVID-19

L’Inde, également le troisième plus grand utilisateur de pétrole au monde, a signalé mercredi une autre augmentation record du nombre quotidien de décès dus au COVID-19, à 2023, et une autre augmentation record des cas à plus de 295000. Le pays est confronté à une crise d’approvisionnement en oxygène pour soigner les patients. De grandes parties du pays sont maintenant sous clef en raison d’une énorme deuxième vague de la pandémie. 

Des restrictions sanitaires qui impactent considérablement le marché du pétrole

« Vous avez vu des raffineurs là-bas (en Inde) réduire leurs cycles parce que la demande a chuté avec la mise en place des confinements. Cela pèse clairement sur le marché », a déclaré Lachlan Shaw, responsable de la recherche sur les matières premières à la National Australia Bank. En outre, les données du groupe industriel de l’American Petroleum Institute (API) ont montré que les stocks de pétrole brut et de distillats américains ont augmenté au cours de la semaine du 16 avril, selon deux sources du marché, par rapport aux prévisions des analystes concernant la réduction des stocks.

Les stocks de brut ont augmenté de 436 000 barils, selon l’API, selon les sources. Les analystes interrogés par Reuters s’attendaient à une baisse de 3 millions de barils des stocks de brut. « Cette dernière poussée de Covid a trompé plus d’un traders, qui construisaient des positions longues avant ce qui devrait être une saison d’été réussie aux États-Unis », a déclaré Stephen Innes, stratège en chef du marché chez Axi.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …