Leadership situationnel, comment adopter le bon style de management ?

Leadership situationnel, comment adopter le bon style de management ?

24 août 2021

La théorie du leadership situationnel veut que chaque manager dispose d’un style de leadership prédominant tout en ayant la capacité d’adapter son approche en fonction de chaque situation. Cette adaptation repose essentiellement sur chaque collaborateur, c’est-à-dire son niveau de maturité face à la tâche qui lui est confiée. On vous dit ici comment appliquer la théorie du management situationnel en vous donnant les clés pour adopter le bon style de leadership suivant chaque situation qui se présente à vous :

Se poser les bonnes questions sur chaque situation et chaque collaborateur

Le style de management à adopter pour une situation donnée repose avant tout sur le niveau de maturité du ou des collaborateurs impliqués dans cette situation. Pour déterminer ce niveau de maturité, il faut se poser la question de savoir si ce collaborateur a besoin d’un soutien technique ou plutôt d’un soutien relationnel dans la circonstance soumise à la prise de position du manager.

Le besoin de soutien technique va se justifier par le niveau de compétences du collaborateur et son expérience par rapport à la tâche qu’il doit réaliser. Le besoin de soutien relationnel s’établit quant à lui sur la base de son niveau de motivation ou encore son niveau d’assurance par rapport à sa mission. Le croisement de ces deux critères fait ressortir le niveau de maturité d’un collaborateur donné et permet de lui appliquer le bon style de management.

Adopter le style de management adapté à chaque niveau de maturité

Le principal avantage du leadership situationnel se trouve dans le fait qu’il vise à l’avancement et à l’autonomisation des collaborateurs. Ainsi, la théorie repose sur l’application d’un style défini de management pour chaque niveau de maturité du collaborateur. Ces styles de leadership sont au nombre de quatre.

Le style directif qui investit dans l’organisation, la planification et le contrôle vise à donner au collaborateur un sentiment de sécurité. Il s’adresse particulièrement aux équipes qui requièrent un soutien technique et qui enregistrent alors un niveau faible de maturité. Le style persuasif se fonde par contre sur le souci de susciter la confiance. Il implique d’expliquer, de persuader et de convaincre. Il convient aux collaborateurs qui démontrent un niveau moyen de maturité et qui expriment un besoin de soutien à la fois technique et relationnel.

Le style participatif vise à générer de l’engagement de la part des collaborateurs. Il se met en œuvre par l’écoute, le conseil et la négociation. C’est le style de management adapté aux collaborateurs dotés d’une forte maturité et demandant un soutien relationnel.

Enfin, nous avons le style délégatif qui repose sur la volonté d’assurer le développement des collaborateurs. Il se base sur les notions de responsabilisation, de prise d’initiative de la part du manager, mais aussi d’initiative de la part des collaborateurs.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Leadership ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …