La Chine révolutionne le financement de ses PME innovantes

La Chine révolutionne le financement de ses PME innovantes

9 novembre 2021

La Chine n’a pas fini de nous étonner. En plein remaniement, elle cumule les annonces-choc et semble vouloir reprendre le contrôle de son économie. Cela fait quelque temps déjà que les poids lourds de la tech chinoise se sont retrouvés être la cible de Xi Jinping. Celui-ci a d’ailleurs demandé aux plus fortunés de contribuer à ce qu’il nomme la « prospérité commune », paroles empruntées à Mao. La nouvelle étape du leader chinois, venir en aide aux PME du pays. L’objectif déclaré est donc une lutte contre l’inégalité sociale.

L’avenir de la Chine passera par plus de justice entre les citoyens

Soucieux du bien-être de ses concitoyens, le président de la République de Chine Populaire a annoncé différentes mesures à destination de ses concitoyens. Parmi celles-ci, une revalorisation de leur pouvoir d’achat. Stratégie intelligente, dans la mesure où satisfaire une population éloigne les risques de contestation et de soulèvement.

C’est dans ce sens également que va la nouvelle exigence de Pékin concernant la nécessaire redistribution des richesses des plus fortunés. Ceux-ci vont devoir allouer une partie de leurs avoirs à des œuvres caritatives afin de redynamiser l’activité locale. Certains ont déjà promis des sommes importantes, comme Tencent notamment.

En effet, la fragilisation du milieu des PME manufacturières a sûrement été un nouveau déclencheur. La Chine a admirablement su gérer les conséquences de la crise sanitaire, en relançant l’économie du pays. Mais elle voit apparaître un ralentissement économique frôlant dangereusement la récession dans certains domaines. À l’instar du secteur manufacturier justement, dont l’indice PMI est tombé très proche du seuil en juillet 2021, à 50,4. En cause, un ralentissement de la demande extérieure avec une baisse de l’exportation, ainsi que des conditions climatiques défavorables, notamment.

Pékin relocalise ses liquidités et soutient les PME

Le gouvernement communiste va concentrer ses efforts en direction des entreprises locales. Depuis plusieurs mois déjà, des mesures de soutien des PME les plus innovantes sont annoncées. Ainsi, certains secteurs considérés comme prometteurs vont être l’objet de l’attention du pouvoir central. Notamment, la production de semi-conducteurs comme les puces électroniques, la conduite autonome et les véhicules électriques, ou encore les énergies renouvelables. Ce qui lui permettra en parallèle d’en reprendre le contrôle, afin de rediriger la production vers la consommation intérieure.

La création d’une nouvelle Bourse à Pékin, une petite révolution

Les deux principales Bourses de Chine continentale se situent à Shanghai et Shenzhen. Xi Jinping a annoncé la création d’une troisième place financière, qui se situera à Pékin. Il existait déjà à Pékin une bourse d’actions pour les PME, la New Third Board (Nouveau Troisième Conseil), appelée également la bourse des boursicoteurs.

En mettant à niveau cette Bourse d’actions pour la commuer en Bourse des valeurs, le pouvoir chinois espère deux choses. D’une part, attirer les investisseurs étrangers. Et d’autre part, prévenir les fuites de capitaux hors du pays. L’empire du Milieu a d’ores et déjà annoncé qu’il allait accélérer les introductions en Bourse (IPO) des PME. Tout sera mis en œuvre pour permettre aux petites et moyennes entreprises de lever plus facilement des fonds, pour ainsi diminuer la pression sur leur trésorerie.

Le chef de l’État chinois ainsi faciliter le financement des entreprises du pays, de la plus petite aux géants que représentent Didi, Alibaba, Zoom ou encore Tencent. Mais il veut dans le même temps favoriser les aides à destination des PME. En effet, elles représentent plus de la moitié de la croissance économique du pays, et sont par ailleurs créatrices d’emploi. Pour parvenir à ses fins, Pékin va intensifier sa politique de réduction ciblée des ratios de réserves obligatoires imposées aux banques.

La reprise en main de l’économie chinoise, signal d’un recul de l’ouverture ?

Selon Spak, il serait faux de croire que la Chine se retranche de nouveau derrière des idéologies communistes au point de stopper l’ouverture économique. Elle a sûrement pour but en revanche un plus grand contrôle de celle-ci, afin de préserver son modèle social et politique. Toujours d’après Spak, le marché chinois continue de comporter des opportunités à long terme. Les différents changements de modèle économique en Chine apporteront probablement des surprises dans les prochains mois. Si le pays réussit son pari, il est fort probable qu’il en sortira plus fort. Toujours moins dépendant de l’extérieur, il aura su assurer la tranquillité de ses habitants et une nouvelle prospérité économique.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business ici

Recommandé pour vous

A la Une
La SUB 600T : le retour d’une icône
Photos © DOXA Après la présentation de la SUB 600T Pacific en avant-première cet…
A la Une
Dirigeants d’entreprise : osez prendre la parole sur les réseaux sociaux
Nous évoluons aujourd’hui dans un environnement vivant des mutations profo…
A la Une
WisdomTree lance trois ETP de paniers de cryptomonnaies
Ces nouveaux produits négociés en bourse (« ETP ») sont positionnés po…
A la Une
Classement des 5 acteurs de cinéma les mieux payés de l’histoire
Le cinéma, communément appelé le 7ème art qui nous permet de nous évader et oubl…
A la Une
Comment booster votre marque personnelle grâce à Linkedin
Linkedin, c’est plus de 700 millions de membres autour du globe. C’est également…
A la Une
L’Afrique séduit les marques de luxe
Les marques de luxe internationales se mettent à l’heure africaine ! Après avoir…