Interview de Tisya Mukuna: «L’entrepreneuriat n’est pas une course »

4 avril 2022

Interview de Tisya Mukuna: «L’entrepreneuriat n’est pas une course »

Photos © La Kinoise Cafe I Tisya Mukuna – PDG LA KINOISE CAFE

International Leader Vous avez récemment été lauréate du « ICN Top Emerging African Young Women Leaders ». Prix qui récompense les jeunes femmes leaders émergentes qui font bouger le continent africain. Que représente cette distinction?

Tisya Mukuna C’est un honneur pour moi d’avoir été nommée parmi les jeunes femmes leader les plus influentes d’Afrique. Au-delà du titre c’est un message porteur d’espoir que le changement de l’Afrique peut non seulement se faire avec les entrepreneurs, les jeunes mais aussi les femmes. Nous avons tous un rôle à jouer dans le développement de nos pays émergents. Avec mon entreprise « La Kinoise », nous avons toujours travaillé dans le but principal de valoriser le terroir congolais mais aussi redonner les lettres de noblesse de la caféiculture en République Démocratique du Congo.

Le fait que notre mission ait dépassé nos frontières congolaises pour un rayonnement africain avec ICN est encourageant pour nous et toutes les personnes qui regardent notre entreprise à faire plus et à aller toujours plus loin pour notre continent. L’Afrique a un moment à dire dans l’échiquier mondial et nous sommes là pour le faire savoir, bouger les lignes et représenter toutes les jeunes femmes car l’Afrique sans ses femmes, sans ses jeunes et sans ses entrepreneurs ne peut être complète. Quel honneur de faire partie de cette mouvance en marche !

International Leader Détentrice d’un master en marketing à l’Institut d’économie scientifique et de gestion de Paris et d’un MBA à la Shanghai International Studies University (Chine), vous avez quitté la France pour créer en 2019 « La Kinoise ». Qu’est-ce qui a été à l’origine de votre déclic entrepreneurial ?

Tisya Mukuna Je ne sais pas s’il existe un déclic ou un réveil entrepreneurial pour moi. A vrai dire j’ai toujours été entrepreneure. Entreprendre a toujours été une évidence, pratiquement dans mes veines. Je me souviens plus jeune alors que je n’avais que huit ans, je faisais, avec ma sœur, des glaces et des citronnades maison que l’on revendait à nos jeunes voisins pendant les vacances scolaires. La débrouille, créer, établir une stratégie, négocier, marchander… j’ai toujours aimé ça. Mes études se sont alors naturellement orientées vers des études de gestion et de management car je ne pense que l’on puisse entreprendre sans des bases solides et une formation. Comment créer un business plan? Qu’est-ce que le marketing? Pourquoi entreprendre ? Quelles solutions résolvons-nous avec notre proposition d’offre ? Quelles sont les valeurs qui nous animent ?

Si j’ai quitté la France pour le Congo afin de créer ma société c’était avant tout pour faire bouger les lignes. Avec La Kinoise nous cultivons notre propre café, une première pour une plantation dans la capitale à Kinshasa; mais nous maitrisons également toute la chaine de valeur en transformant et en distribuant notre café. Nous travaillons avec les paysans que nous formons, avec des experts agronomes et une équipe de commerciaux jeunes et dynamiques. Je donne ma chance à tout le monde et pense au développement de l’entreprise avec un plan d’action sur 10 ans. Je pense à un entrepreneuriat à long terme car je ne veux pas entreprendre une fois mais plusieurs fois sur plusieurs années, projeter l’agriculture et le conjuguer au futur… chose qui n’est pas évidente en République Démocratique du Congo.

International Leader « La Kinoise », une marque de café 100 % congolais, produit et commercialisé à Kinshasa. Vous êtes un nouvel entrant sur un marché déjà mature avec une forte concurrence des géants mondiaux tels que Nestlé. Comment parviendrez-vous à vous positionner différemment ? Quels sont vos atouts ?

Tisya Mukuna Si on a peur de la concurrence alors on n’entreprend rien. Entreprendre c’est aussi prendre des risques mais surtout savoir se différencier. Oui, la concurrence est costaud en face de nous mais nous avons une histoire particulière avec notre produit. Tout d’abord notre café est local et issu de l’agriculture biologique. De plus, jamais dans son histoire, un café n’a réussi à pousser à Kinshasa, avec la Kinoise nous avons réussi ce challenge qui semblait impossible. Cela donne à notre produit un goût unique et original. De l’arabica mais aussi du robusta, notre café est sans pareil. Voilà notre atout.

International Leader Trouver les investissements reste un challenge pour les phases de développement ultérieures. La Kinoise est une jeune marque en pleine expansion et qui a certainement besoin de financement pour accélérer sa croissance. Quels sont vos besoins de financement ?

Tisya Mukuna Bien entendu nous avons un besoin de financement pour développer notre marque. Nous avons certaines ambitions qui nécessiteront plus d’investissement. C’est pourquoi une partie de mon travail consiste à trouver des offres de financement, des concours ou des subventions. Récemment nous avons été lauréat au concours de plan d’affaires (COPA en sigle) pour les PME organisé par le ministère des PME et entrepreneuriat congolais en partenariat avec la banque mondiale; nous avons aussi été nommée parmi les trois entreprises pionnières du Congo parmi les 13 pays sélectionnés par l’Organisation Internationale de la Francophonie. Pour 2022, nous avons quelques concours pour lesquels nous souhaitons concourir. On ne lâche rien.

International Leader A quoi attribuez-vous votre succès ?

Tisya Mukuna Je pense que l’on doit le succès de La Kinoise à l’authenticité de notre histoire. Sur le papier, beaucoup de personnes pouvaient douter de notre réussite. Quand on pense à un grand patron, on imagine un homme, d’un certain âge avec un gros compte en banque… Mais avec La Kinoise, on a un jeune bout de femme qui n’a pas de grand moyens mais la force et l’ambition d’une lionne. Et cela je pense à toucher beaucoup de personnes car par mon histoire je prouve que rien est impossible. Et finalement mon profil fait écho à ma marque: qui aurait pu penser que du café pouvait pousser à Kinshasa? C’est ce côté surprenant, cette histoire originale et unique qui fédère autant de monde autour du projet la Kinoise je pense.

International Leader Si vous deviez aujourd’hui regarder derrière vous, est-ce qu’il y a quelque chose que vous feriez différemment ?

On apprend de nos erreurs donc je pense que chaque chose qui me soit arrivé positif ou négatif est très bénéfique à mon développement personnel et au développement de ma société. Mais entre nous, si je pouvais donner un message à mon « moi » du passé je dirais de ne pas stresser et de prendre le temps de passer chaque étape sereinement car l’entrepreneuriat n’est pas une course. Le changement et la réussite se mesurent comme les marches d’un escalier : on y va pas à pas au risque de chuter. Douter c’est humain, mais il faut surtout croire en soi. A tous les jeunes entrepreneurs qui me liront : croyez en vous.

Retrouvez l’ensemble de nos Interviews

Recommandé pour vous

A la Une
La lassitude des followers signe-t-elle le déclin du marketing d’influence ?
Le marketing d’influence constitue un levier de communication très intéressant. …
A la Une
L’empathie au travail : une vertu en déclin
Dans le milieu professionnel, émotion et travail paraissent souvent comme incomp…
A la Une
Le digital redistribue les cartes du marché du luxe chinois
La Chine était le principal client des industries du luxe. La pandémie aura perm…
A la Une
Comment établir une Brand Voice sur les réseaux sociaux ?
Vous souhaitez faire rayonner votre marque à travers les réseaux sociaux ? Propo…
A la Une
Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot avril 2022
Ce fut un autre mois difficile, les marchés mondiaux du crédit étant en baisse, …
A la Une
Ce qui fait fuir les salariés dans une entreprise
Mauvais management, manque de liens sociaux, de flexibilité dans les horaires de…