Dire « NON » : Un tabou dans le monde professionnel

Dire « NON » : Un tabou dans le monde professionnel

9 mai 2021

De nos jours, les entreprises travaillent de manière collaborative et transversale. Tandis qu’elles tendent à délaisser le management hiérarchique pour des relations professionnelles davantage fonctionnelles, le travail se complexifie. Votre collègue vous demande de boucler un de ses dossiers alors que vous êtes déjà sous l’eau ? Votre manager vous propose un nouveau projet tandis que vous croulez sous les projets en cours ? Il peut être tentant de tout accepter au travail, surtout lorsque l’on vise une promotion ou qu’il s’agit d’un nouveau poste. Pourtant, il faut briser ce tabou et apprendre à dire non est primordial pour conserver sa crédibilité et être performant.

La gestion des requêtes

Tous les jours, chaque individu doit répondre à des demandes. Ces requêtes peuvent être primordiales comme minimes et officielles comme officieuses. Les demandes ne proviennent pas uniquement de supérieurs hiérarchiques mais aussi de collaborateurs et d’investisseurs. Ajoutez à cela les exigences du cercle familial, des amis et connaissances, voire même d’inconnus… Les requêtes affluent à travers divers canaux. Appels, SMS, e-mails, messages instantanés, aucun moyen de communication n’est en reste.

Ce flot de requêtes quotidien a de quoi nous laisser pantois et aujourd’hui, votre bien-être ainsi que votre réussite professionnelle dépendent de la manière dont vous gérez ces demandes. Accepter trop de choses conduit à gaspiller du temps, de l’énergie et parfois même de l’argent. C’est sans compter sur le fait que lorsque vous acceptez un énième dossier alors que vous croulez déjà sous le travail inhérent à votre poste, vous ne pensez pas à ce qui vous importe réellement et sert vos intérêts. Personne ne veut décevoir ses collaborateurs ou les personnes appartenant à son réseau, c’est évident. Pourtant, vous ne pouvez pas dire oui à tout le monde et espérer tout réaliser correctement. C’est pour cela qu’il vous faut apprendre à dire non et comment dire oui. 

Apprendre à dire non

La première chose à savoir est qu’un « non » pondéré vous protège tandis qu’un bon « oui » vous permet d’accroître votre influence, d’aider autrui et de faire bouger les choses. Il est dans votre intérêt d’apprendre à collaborer avec efficience et d’avoir la réputation d’une personne qui sait dire non pour de bonnes raisons. C’est comme cela que chaque oui compte. Les collaborateurs les plus estimés sont ceux qui y parviennent. Il est important de garder à l’esprit que la manière de dire oui ou non compte réellement pour l’interaction et, à long terme, pour la relation avec l’auteur de la requête. Evaluer la demande, justifier une réponse négative et accorder un oui pour les bonnes raisons est un système qui fonctionne.

Formuler un oui

Savoir dire oui s’apprend également. En effet, accepter un travail supplémentaire dans la seconde où la requête est formulée n’est pas une bonne chose pour plusieurs raisons. Premièrement, cela peut laisser penser que vous avez beaucoup de temps et que c’est pour cette raison que vous pouvez vous permettre d’accepter un dossier. Ensuite, dire oui tout de suite peut vous faire passer pour quelqu’un de malléable, prêt à tout pour s’attirer les bonnes faveurs de ses collaborateurs. Avant de dire oui, assurez-vous d’avoir tous les éléments en votre possession pour ne pas regretter votre choix. Formuler un oui pondéré – c’est-à-dire avec une alternative – permet de ne pas se mettre en difficulté. Par exemple, vous pouvez tenter « Je peux m’occuper de ce dossier mais il faudrait que X ou Y reprenne le dossier Untel » ou encore « Je ne peux pas traiter ce dossier dans son intégralité car le dossier Untel me prend beaucoup de temps, en revanche je pourrai te donner un coup de main sur la deuxième partie que je maîtrise bien ».

Savoir dire non, c’est savoir dire oui. En effet, pour rester pleinement concentré sur nos priorités et être performant au travail, il est primordial de savoir dire non au reste lorsque la demande nous met en difficulté. Les journées de 48h n’existent pas, c’est pour cela que nous sommes contraints de faire des choix et de prioriser. Savoir dire non dans le cadre professionnel comme personnel, c’est dire oui à une pleine efficacité. Si vous êtes contraint de refuser une requête par manque de temps ou de moyens, ne l’oubliez pas.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Leadership ici

Recommandé pour vous

A la Une
Quel avenir sans Gulf Stream ?
Deux études parues cette année dans la renommée revue scientifique Nature ont ra…
A la Une
Redistribution des richesses : et si l’exemple venait de la Chine
Aussi incroyable que cela puisse paraitre, la chine semble en passe de devenir u…
A la Une
Neutralité carbone : l’objectif de la Chine d’ici 2030 et 2060
Photos © Reyl Par Daryl Liew, CIO chez Reyl Singapore  Le président Xi Jinping a…
A la Une
Toxicité des dirigeants: un fléau en pleine expansion
La vie au travail est de plus en plus confrontée à la présence de leaderships to…
A la Une
Travailler quatre jours par semaine, payé cinq : pourquoi doit-on l’envisager ?
C’est une entreprise de Nouvelle-Zélande qui a lancé un pavé dans la mare …
A la Une
Et si on osait enfin se faire plaisir professionnellement
Il y a encore 50 ans, dès la fin de nos études on signait un contrat d’embauche …