Défilé Dior haute couture Printemps-Été 2020 : Maria Grazia Chiuri érige la femme en amazone des temps modernes

Photo crédit  © Dior by LVMH 

Inspirée des costumes de l’Antiquité et de la représentation classique des déesses, la collection Dior haute couture Printemps-Été 2020 interroge la modernité du vêtement – fil conducteur du cheminement créatif de Maria Grazia Chiuri, Directrice artistique des collections Femme de la Maison – tout en rehaussant les éléments constitutifs de l’identité de Dior. La silhouette haute couture devient une allégorie néo-platonique de la beauté, suggérant une alliance parfaite entre vivacité intellectuelle et harmonie esthétique.

« Et si les femmes menaient le monde ? ». Cette question engagée qui ponctue l’œuvre de l’artiste américaine de renom Judy Chicago est venue nourrir l’inspiration de Maria Grazia Chiuri pour le défilé haute couture Printemps-Été 2020 présenté au Musée Rodin.

Pour la Directrice artistique, chaque saison est l’occasion de s’approprier un sujet pour faire évoluer son propre cheminement créatif. En s’ouvrant à d’autres modes de pensée, elle cherche à saisir la complexité entre féminisme et féminité et resculpte le corps pour en faire un manifeste.

« The Female Divine », installation spécialement créée par Judy Chicago pour le jardin du Musée Rodin sert à la fois de sanctuaire, de scène et d’œuvre d’art monumentale à la collection Dior haute couture Printemps-Été 2020. Mais elle est surtout un hommage à un pouvoir ancestral qui va au-delà de l’idée de procréation. Maria Grazia Chiuri met en lumière la vision d’une pionnière, de cette fondatrice de l’art féministe en Amérique, à travers la renaissance triomphante d’une conception de la femme comme figure divine, maîtresse de son destin.

Le péplos, pièce intemporelle, est réinterprété en robe de soirée. La précision des lignes de son drapé suit la courbe du corps et donne de l’allure à la silhouette tandis que les vestes ajustées aux cols échancrés, les jupes et les pantalons composent des tailleurs confectionnés dans des matières plus masculines, telles que le pied de poule et le chevron, cousues de fil doré.

Laisser un commentaire

Retour haut de page