Corporate Credit Snapshot septembre 2021 de Muzinich & Co.

17 octobre 2021

Corporate Credit Snapshot septembre 2021 de Muzinich & Co.
  • Les marchés mondiaux du crédit ont connu un mois difficile en raison de la hausse des taux et des pressions inflationnistes
  • Nous pensons que la combinaison (1) d’une augmentation des émissions à haut rendement, (2) de l’indication par la Réserve fédérale que la réduction progressive des taux d’intérêt pourrait avoir lieu dans un avenir prévisible, (3) de l’augmentation des rendements du Trésor et (4) de la faiblesse des actions a provoqué un repli dans la seconde moitié du mois pour le crédit américain
  • Sur le marché des obligations de qualité, le contexte technique reste constructif, car la faiblesse de l’offre nette et les achats massifs d’obligations d’entreprises ont contribué à ancrer les spreads
  • Les rendements des titres à revenu fixe des marchés émergents ont diminué ce mois-ci en raison de la restructuration d’Evergrande et de la pénurie d’énergie en Chine, de l’appréciation du dollar américain et des retards dans le projet de loi sur les infrastructures de 3 500 milliards de dollars américains

En outre, veuillez consulter ci-dessous la mise à jour du marché du crédit pour les États-Unis, l’Europe et les marchés émergents:

US

Les rendements des titres à revenu fixe américains ont été déterminés par les taux ce mois-ci : les obligations du Trésor et les obligations d’entreprises de qualité ont reculé, les obligations à haut rendement ont enregistré un rendement positif et les prêts, qui sont à taux variable, ont surperformé. Nous pensons que la combinaison (1) de l’augmentation des émissions à haut rendement, (2) de l’indication par la Réserve fédérale que la réduction progressive des taux pourrait avoir lieu dans un avenir prévisible, (3) de la hausse des rendements des bons du Trésor et (4) de la faiblesse des actions a provoqué un repli dans la seconde moitié du mois. Il convient de noter que les rendements des CCC ont surpassé ceux des marchés des obligations d’entreprises en septembre, alors que les actions ont capitulé pour la première fois cette année, ce qui indique, selon nous, que la qualité du crédit des entreprises n’est pas un problème à l’heure actuelle.

La variante Delta du COVID montre des signes de ralentissement, ce qui suscite l’optimisme que le pire est potentiellement derrière le pays. Les rendements sectoriels ont été mitigés en septembre, les zones de réouverture ayant à nouveau battu le marché global, tandis qu’un large éventail de secteurs a produit des rendements négatifs. Alors que les obligations de qualité ont été mises sous pression en raison de la hausse des taux d’intérêt, les spreads de ces obligations se sont en fait resserrés car les taux plus élevés ont attiré les acheteurs. La machine à nouvelles émissions à haut rendement a continué à fonctionner avec 44 milliards de dollars US d’émissions en septembre, avec la plus grande activité de non-refinancement depuis avril (Source : JP Morgan, High Yield Bond and Leveraged Loan Monitor, 1er octobre 2021). Le taux de défaillance a maintenant atteint notre prévision de moins de 1% et nous pensons que 2021 pourrait voir le plus faible nombre de défaillances d’obligations depuis 2007 si les tendances actuelles se poursuivent. Selon nous, la baisse du taux de défaillance et le leadership du CCC sont des facteurs positifs pour la stabilité/le resserrement des spreads sur une période prolongée.

Europe

Le mois a été difficile pour les actifs à risque, les pressions inflationnistes et la hausse des taux ayant pesé sur les marchés du crédit. En Europe, le haut rendement a surperformé l’investment grade, bien que les rendements se soient élargis dans les deux catégories d’actifs. Sur le marché de l’investment grade, le contexte technique reste constructif, car la faiblesse de l’offre nette et les achats massifs d’obligations d’entreprises ont contribué à ancrer les spreads. Le haut rendement reste plus tributaire de la reprise économique en cours et c’est également là que l’inflation du coût des intrants est la plus susceptible de se faire sentir. Toutefois, jusqu’à présent, les émetteurs ont largement réussi à répercuter ces coûts sur les consommateurs. Les impressions d’inflation dans la zone euro ont atteint leur plus haut niveau depuis 13 ans, ce qui a accru la pression sur la Banque centrale européenne (BCE) pour qu’elle réduise ses mesures de relance monétaire (Source : Reuters, Macro Matters, 1er octobre 2021). Les pressions sur les prix se sont fait sentir dans l’ensemble du bloc, avec la flambée des coûts de l’énergie. La BCE a publié des prévisions d’inflation revues à la hausse et a annoncé un ralentissement de son programme d’achat d’urgence pandémique dès le quatrième trimestre. Cela indique la conviction que la pression inflationniste est un phénomène temporaire – un effet d’entraînement de la pandémie – qui devrait se résorber en 2022. Pendant ce temps, l’attente d’un nouveau chancelier en Allemagne s’est poursuivie après l’absence d’un vainqueur clair lors des élections du pays, une coalition étant le résultat le plus probable.

ME

Les rendements des titres à revenu fixe des marchés émergents ont diminué ce mois-ci en raison de la restructuration d’Evergrande, de la pénurie d’énergie en Chine, de l’appréciation du dollar américain et des retards dans le projet de loi sur les infrastructures de 3,5 milliards de dollars américains. En ce qui concerne Evergrande, nous continuons à voir des titres constructifs et sommes convaincus que la société est en train de procéder à une restructuration ordonnée de ses obligations. La Chine a également été confrontée à une pénurie d’électricité due à la sécheresse qui s’est intensifiée et qui a provoqué la première contraction officielle de l’activité manufacturière depuis le début de la pandémie. La hausse des prix de l’énergie ce mois-ci pourrait affecter les pays émergents de manière asymétrique, car le coût pour les grands importateurs (dont les fondamentaux sont plus faibles) pourrait être disproportionné par rapport aux avantages macroéconomiques pour les exportateurs de pétrole. Les banques centrales des pays émergents ont adopté des méthodes différentes pour juguler l’inflation ; ce mois-ci, la Norvège a relevé ses taux d’intérêt, tandis que la Turquie les a réduits, une mesure peu orthodoxe qui témoigne de son attachement à la thèse d’une inflation transitoire.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business ici

Recommandé pour vous

A la Une
La lassitude des followers signe-t-elle le déclin du marketing d’influence ?
Le marketing d’influence constitue un levier de communication très intéressant. …
A la Une
L’empathie au travail : une vertu en déclin
Dans le milieu professionnel, émotion et travail paraissent souvent comme incomp…
A la Une
Le digital redistribue les cartes du marché du luxe chinois
La Chine était le principal client des industries du luxe. La pandémie aura perm…
A la Une
Comment établir une Brand Voice sur les réseaux sociaux ?
Vous souhaitez faire rayonner votre marque à travers les réseaux sociaux ? Propo…
A la Une
Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot avril 2022
Ce fut un autre mois difficile, les marchés mondiaux du crédit étant en baisse, …
A la Une
Ce qui fait fuir les salariés dans une entreprise
Mauvais management, manque de liens sociaux, de flexibilité dans les horaires de…