Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot janvier 2022

10 février 2022

Muzinich & Co.: Corporate Credit Snapshot janvier 2022

  • Les marchés mondiaux des titres à revenu fixe ont été mis à mal par les pressions inflationnistes, la volatilité des marchés d’actions et les préoccupations géopolitiques.
  • Aux États-Unis, le crédit sensible à la duration a fait face aux taux du Trésor qui ont augmenté en raison des commentaires de la Réserve fédérale (Fed) et des craintes inflationnistes.  Les prêts, qui sont à taux variable par nature, ont généré des rendements positifs, les investisseurs privilégiant cette couverture de la durée.
  • Alors que la Banque centrale européenne (BCE) a apparemment modifié son discours sur les prévisions internes qui ont jusqu’à présent orienté la politique de taux, nous n’avions pas encore vu de changement dans le calendrier de réduction des achats d’actifs.
  • Les marchés émergents ont également reculé en janvier, mais ont surperformé leurs homologues américains. La performance a été soutenue par les matières premières, les métaux industriels, l’aluminium et les produits énergétiques ayant surperformé.

En outre, veuillez consulter ci-dessous la mise à jour du marché du crédit pour les États-Unis, l’Europe et les marchés émergents:

US

Le mois de janvier a été difficile pour les titres à revenu fixe américains sensibles à la duration, les taux du Trésor ayant augmenté en raison des commentaires de la Réserve fédérale (Fed) et des craintes inflationnistes. Les prêts, qui sont à taux variable par nature, ont généré des rendements positifs, les investisseurs privilégiant cette couverture de la duration. Dans ce contexte, les obligations de qualité (IG) ont reculé, tout comme les obligations à haut rendement (HY), mais dans une bien moindre mesure. Les spreads IG et HY américains sont restés relativement inchangés avant les remarques du président Powell, mais ont évolué après que le marché a appris l’ouverture de la Fed à des types d’action plus agressifs. Même s’il s’agit de la pire performance du mois de janvier pour le marché HY américain depuis la création de l’indice en 1985 et du pire mois depuis mars 2020 (Source : ICE BofA ML US Cash Pay High Yield Index – J0A0), les échanges ont été très ordonnés, les investisseurs pouvant facilement acheter et vendre à la baisse (Source : J.P. Morgan High Yield and Leveraged Loan Market Monitor, 1er février 2022). Malgré quelques semaines difficiles, les spreads n’ont fait que s’élargir pour atteindre les niveaux observés pour la dernière fois fin novembre 2021.  D’un point de vue technique, les nouvelles émissions ont ralenti sur le marché IG et HY en raison de l’évolution des taux et parce que les investisseurs en crédit semblent plus perspicaces.

Europe

La hausse de l’inflation, la volatilité des marchés boursiers et les préoccupations géopolitiques ont pesé sur les marchés européens du crédit en janvier. Les écarts entre les obligations de qualité (IG) et les obligations à haut rendement (HY) se sont élargis et les rendements ont augmenté, entraînant une baisse des prix. Les obligations IG ont surperformé les obligations HY, qui sont plus fortement corrélées à la volatilité des actions et ont donc été plus touchées. Les pressions inflationnistes ont continué de s’intensifier, l’inflation de la zone euro atteignant 5,1 % en rythme annuel malgré les prévisions de ralentissement, ce qui est bien supérieur à l’objectif de 2 % de la Banque centrale européenne (BCE). Toutefois, si la BCE a apparemment modifié son discours sur les prévisions internes qui ont jusqu’à présent orienté la politique des taux, nous n’avons pas encore constaté de changement dans le calendrier de réduction des achats d’actifs. Avec la hausse de l’inflation, l’abondance des nouvelles émissions et les sorties de capitaux, la toile de fond technique du crédit s’est quelque peu affaiblie, même si nous pensons que les fondamentaux des entreprises restent solides.

ME

Les marchés émergents ont été mis à l’épreuve ce mois-ci, les taux du Trésor américain ayant augmenté en raison des commentaires de la Réserve fédérale (Fed) et des craintes inflationnistes. Bien que les marchés émergents aient reculé en janvier, leur performance a été conforme à celle des marchés développés (DM) et, en fait, les marchés émergents à haut rendement et de qualité ont surperformé leurs homologues américains. La performance a été soutenue par les matières premières, les métaux industriels, l’aluminium et les produits énergétiques ayant surperformé. Par conséquent, dans un contexte inhabituel de perte de risque, alors que les spreads se sont élargis au niveau mondial et que les actions ont baissé, les pays émergents n’ont pas été touchés aussi durement qu’on aurait pu le penser. Alors que les marchés financiers sont actuellement ajustés pour la fin de l' »argent gratuit », nous pensons que les pays émergents sont bien placés pour absorber ce changement. Aujourd’hui, les souverains des pays émergents sont globalement excédentaires, grâce aux prix élevés des matières premières et à la vigueur du commerce.  La croissance économique se poursuit et les déficits budgétaires diminuent par rapport aux deux dernières années.  Les réserves de change atteignent des niveaux record et les banques centrales des pays émergents ont, pour la plupart, normalisé leur politique monétaire avant les États-Unis. Pour l’avenir, l’Amérique latine a un calendrier électoral chargé au second semestre, ce qui devrait ralentir l’offre, et nous gardons un œil sur le désendettement des marchés asiatiques.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Business

Recommandé pour vous

A la Une
Comment dynamiser votre communication B2B sur Linkedin ?
Aujourd’hui, Linkedin est la plateforme professionnelle la plus utilisée dans le…
A la Une
BlackBerry : la descente aux enfers semble terminée
BlackBerry est au sommet de sa gloire dans les années 2000.  La marque lége…
A la Une
Le métavers : le prochain grand saut technologique
Un monde parallèle dans lequel vous pouvez entrer grâce à un casque de réalité v…
A la Une
Actualité sur les semi-conducteurs : nouvel épisode
Par Chris Gannatti, Global Head of Research, WisdomTree Nous avons récemment écr…
A la Une
L’avenir du conseil financier — l’homme et la machine: l’opinion de la clientèle sur...
Par Christophe Collet, Senior Sales Executive, Vanguard L’augmentation des offre…
A la Une
Portrait du Chef Bertrand Jeanson
Photos Bertrand Jeanson © Château Brachet Bertrand Jeanson a une passion pour la…