Chief Happiness officer ou comment mettre de la joie dans le quotidien des employés

Chief Happiness officer ou comment mettre de la joie dans le quotidien des employés

1 octobre 2020

Depuis quelques années, de nouveaux postes et de nouveaux métiers apparaissent dans les entreprises, que ce soit au niveau des TPE/PME ou des multinationales. C’est le cas du poste de Chief Happiness Officer (CHO). 

Mais qu’est-ce que c’est ? Quel est son rôle ? Dans quel cadre intervient-il ? Nous allons chercher à répondre à toutes ces questions dans cet article.

Son rôle

Le CHO est la personne désignée par la direction d’une entreprise, pour mettre de la joie dans le quotidien des employés. Il va se charger d’écouter les salariés et de leur apporter, lorsque c’est possible, des solutions. Par exemple, si une personne a souvent mal au dos, cela peut passer par l’achat d’une nouvelle chaise de bureau. De même, pour une personne qui aime se poser au calme pendant sa pause, le CHO aura pour objectif de lui proposer une salle de repos, ou même une salle libre et calme, afin qu’il puisse se reposer.

Mais quel intérêt d’avoir un M. Bonheur dans l’entreprise ? Plein ! En effet, de nombreuses études montrent que le fait d’être heureux au travail augmente la productivité et la qualité du travail. Ainsi, une personne qui est écoutée et à laquelle une entreprise, par le biais du chief happiness officer, propose des solutions pour améliorer son bien-être sera plus joyeuse, et travaillera mieux.

Son profil

Le M. Bonheur parfait est une personne empathique, à l’écoute, avec de beaucoup d’énergie à revendre. Il doit aussi avoir l’esprit positif et savoir diffuser de la bonne humeur. Attention, ce n’est pas tout le monde qui peut tenir ce rôle.

Le CHO peut être recruté uniquement pour son profil et son expérience au sein d’autres entreprises dans le passé, mais il peut aussi être choisi au sein même de l’entreprise. Sa mission peut être temporaire, à plein temps ou non, … Tous ces éléments seront à déterminer lors de son arrivée, et en fonction des besoins estimés par l’entreprise.

De nombreux exemples montrent que le rôle de CHO est attribué à la personne en charge du secrétariat et des fournitures, mais aussi à des personnes directement issues du service des ressources humaines d’une entreprise. Ces dernières étant plus qualifiées en matière de management des personnes. En effet, elles se trouvent déjà dans le domaine de l’écoute et de l’anticipation.

Cependant, il est vrai que tout le monde n’est pas apte à tenir ce rôle. Il est donc important de bien déterminer le profil des candidats. Une élection peut même être mise en place au sein même de l’entreprise afin que ce soit les salariés, eux-mêmes, qui détermine la personne pouvant le mieux tenir ce rôle.

En matière de contrat, il s’agit, pour la plus grande majorité, de missions ponctuelles, cependant, le but final étant, tout de même, de disposer d’une personne avec ce rôle tout au long de la vie de l’entreprise. On attribue au M. Bonheur un certain nombre d’heures par mois ou même pas semaine, mais cela peut aussi, en fonction de la taille de la société, être un temps complet.

Le Chief Happiness Officer est encore peu présent dans les entreprises nationales. Mais il l’est de plus en plus dans les grandes entreprises internationales. Cette différence s’explique souvent par le manque de moyen pour ce type de poste. Cependant, il est important de réfléchir à l’impact positif que cela pourra aussi apporter !

Retrouvez l’ensemble des articles de la rubrique portrait ici

Recommandé pour vous

Inside
Digital nomad : ces métiers qui font rêver !
Plus qu’un métier, le digital nomad évoque plutôt un mode de vie. Ce dernier con…
Inside
Le BTP au rendez-vous de la transition écologique
Par Michel Ambert (Voici son mail : michelambert@protonmail.com) Un autre d…
Inside
Le BTP fait sa « mue RSE »
Parce que notre monde évolue, que la société change, que les citoyens ont de nou…
Inside
Miser sur la qualité de votre communication
Le bon fonctionnement de l’entreprise repose de plus en plus sur la qualité de l…
Inside
Grands travaux : l’État a-t-il encore les moyens de ses ambitions ?
Parmi ses prérogatives, l’État doit bien sûr veiller à ce que les services publi…
Inside
Les entreprises du BTP ne peuvent plus « fonctionner » comme avant
Parce que notre monde évolue, que la société change, que les citoyens ont de nou…