Pour un nouveau modèle de leadership à l’ère du digital

3 février 2021

Le niveau de digitalisation que connaît cette époque touche toutes les organisations (grandes comme petites) avec un impact sur les méthodologies. Celles adoptées auparavant ont montré leurs limites. Les leaders d’aujourd’hui ressentent le besoin de s’adapter aux réalités et exigences actuelles. Cela va donc impliquer l’usage de nouvelles méthodes. Quelles sont ces nouvelles méthodes de leadership ? C’est à cette question que va répondre cet article.

Méthode n°1 : Le travail d’équipe

L’autoritarisme n’est plus d’actualité. Les appellations « chef » et « subordonné » vont laisser place aux appellations de « leader » et de « collaborateur ». Le leader ne s’entoure plus de personnes capables de n’exécuter que les ordres qu’il donne. Il va s’entourer de personnes flexibles, autonomes et dotées d’un esprit créatif. Cet ensemble de personnes formant l’équipe, incluant le leader, va se focaliser autour d’un projet ou d’une initiative qui va durer des semaines, des mois ou même des années.

En tant que leader, gérer une équipe ne veut pas dire rappeler qui est le chef mais plutôt diriger l’équipe dans la bonne direction en convaincant et en motivant. Cela permettra de mieux faire face aux défis de l’entité. De plus, un travail fait en équipe a de bien meilleurs résultats qu’un travail réalisé en cavalier solitaire. Du travail d’équipe va ressortir une foison d’idées permettant de résoudre un ou plusieurs problèmes à la fois, d’où son importance dans le modèle de leadership d’aujourd’hui.

Méthode n°2 : L’état d’esprit

Les leaders actuels, qu’ils aient été formés à l’ère industrielle ou non, doivent apprendre à évoluer. De même que les nouveaux leaders formés, ils doivent améliorer leur état d’esprit.

En effet, la compétence pédagogique qu’acquiert chaque leader durant sa formation ne suffit pas à elle seule. Certes, elle va permettre d’agir mais elle ne fournit pas aux actions un contexte. C’est en cela que l’état d’esprit est important. Par exemple, dans un match de football, un bon coach s’il perd saura pourquoi il a perdu. Cela lui permettra d’élaborer des stratégies convenables afin de résoudre convenablement le problème qui l’avait auparavant fait perdre.

De cette façon, l’innovation est stimulée. Dans l’exemple du coach, il essaiera une stratégie et si elle ne marche, il en essaiera une autre jusqu’à trouver la solution. Ainsi, cela lui permet de la nouveauté sur le terrain de jeu. C’est une manière aussi de prouver à quel point il est déterminé à gagner. La compétence à elle seule ne pourrait permettre tout cela puisqu’elle est unidimensionnelle.

Méthode n°3 : L’adaptation

Pour être un bon leader, il est essentiel de savoir s’adapter au changement. La digitalisation de l’information, la mondialisation ou encore l’avancée des technologies sont autant de changements auxquels sont confrontés les leaders de tous les secteurs aujourd’hui. Pour donc permettre à ces leaders de mieux relever les défis qui les attendent à cette ère du digital, il est nécessaire qu’ils soient bien équipés.

D’ailleurs, les entreprises qui réussissent ont des équipes automatisées. De plus, elles font de leurs leaders, des éléments actifs du changement. C’est essentiellement cela leur force. Charles Darwin (1809 – 1882), ce naturaliste anglais avait déjà prédit tout ceci en affirmant « Ce ne sont ni les plus forts, ni les plus intelligents qui survivront, mais ceux qui s’adapteront le mieux au changement ». Cette phrase correspond bien au modèle des entreprises qui existe aujourd’hui. Certaines entreprises sont même plus prévoyantes.

Elles ne vont pas attendre que le changement survienne afin de s’y conformer. Elles vont plutôt prévoir le changement de leurs rôles de leadership sur une durée donnée. Cela leur permettra d’appréhender chaque changement majeur avec une certaine facilité.

Méthode n°4 : Les compétences du leader

Avant toute chose, il est important de rappeler ici qu’on ne naît pas leader mais on le devient. Si cela nécessite une formation, il va de soi qu’il faut tenir compte de son profil et de son secteur d’activité pour se former. Un leader réussi est celui qui a su faire la formation adéquate.

En outre, être leader ne suffit pas qu’à se faire former. Le leader d’aujourd’hui se doit d’être collaboratif. Le système n’est plus une pyramide où il est le seul à prendre des décisions directement exécutoires. Il n’est donc définitivement plus celui qui dicte la marche à suivre, mais c’est plutôt le rôle de l’équipe. Les changements sont mieux accueillis quand la collaboration est entretenue entre les équipes.

En somme, le leadership d’aujourd’hui est nettement différent de celui connu à l’ère industrielle. On parlera aujourd’hui de travail participatif au lieu de décision radicale prise par les dirigeants. Ce nouveau modèle de leadership est intéressant en ce sens qu’il permet à toutes les parties d’une entité de sentir leur importance véritable.

Retrouvez l’ensemble de nos articles Leadership ici

Retour haut de page