L’impact du Covid-19 sur le marché du travail en 2021

L’impact de la crise sanitaire est majeur sur le secteur économique et sur le marché du travail. Les confinements successifs et les mesures de restriction mises en place par le gouvernement ont entrainé une chute de la production, des pertes d’emplois et un bouleversement des projets professionnels.

La récession économique la plus importante depuis 1945

Une enquête réalisée par L’Unedic montre l’ampleur de cette crise sur le marché du travail. Durant le premier confinement et le deuxième semestre de 2020, les français ont continué à rechercher un emploi. Avec l’apparition d’une deuxième vague et le doute sur la reprise d’un rythme de travail normal, les recherches ont considérablement chutées. Cela ne peut être expliqué que par une baisse du nombre d’offres et une ambiance d’incertitude qui touche tous les secteurs.

Les perspectives pour l’économie française en 2021 sont aussi inquiétantes ; En effet, selon la Banque de France, la récession de l’économie française en 2020 – 2021 est d’une ampleur historique. C’est la récession la plus importante depuis la seconde guerre mondiale. Cette récession a été accompagnée par une chute de la consommation des ménages.

COVID-19 et le monde du travail en 2021

Le marché du travail en France est profondément touché par la crise sanitaire. Cette crise menace, non seulement les jeunes diplômés de moins de 30 ans, mais aussi les séniors. Le Covid-19 a entrainé des pertes importantes de revenus et d’emplois. L’organisation Internationale du Travail a publié, le 25 janvier 2021, un rapport qui détaille les pertes causées par cette crise.

Plus de 114 millions de personnes se sont retrouvées dans le chômage et dans l’inactivité depuis l’apparition de la pandémie. Plus de 8 % d’entre elles sont en Europe. Les projets de recrutements ont également été repoussés et les employeurs sont de moins en moins optimistes quant à l’avenir de leurs entreprises.

Un autre phénomène est apparu, l’acceptation de tous types de contrats de travail. Les personnes en chômage sont aujourd’hui prêtes à accepter des contrats d’intérim, des contrats CDD et des missions de courtes durées/saisonnières.

La destruction d’emploi a été plus rapide que la croissance. On estime que le taux de chômage dépassera les 10,5 % de la population active en France fin de 2021. Il s’agit d’une hausse de plus de 700 000 chômeurs.

De nombreux organismes comme Pôle Emploi ont renforcé leurs effectifs pour pouvoir prendre en charge un afflux de chômeurs durant les prochains mois. Avec la destruction de près d’un million d’emplois rien qu’en 2020, le marché du travail est dans une situation critique. Plus de 11 % de la population active a été touchée par la crise économique entrainée par le Covid-19.

Les incertitudes macroéconomiques sont la principale cause des licenciements, des destructions des emplois et de la chute de l’activité.

Un peu d’optimisme

Malgré les répercussions de la crise sanitaire, les français sont optimistes sur la question de l’emploi. Une étude publiée par Qapa, une société d’intérim, montre que, en dépit des restrictions et de la situation économique, 48 % des français pensent que l’année 2021 pourrait leur offrir plus de chance.

Nombreux ont même changé leurs habitudes et leurs projets professionnels. Pour eux les perspectives pour 2021 sont globalement positives.

Pour conclure

Seule une reprise économique pourrait absorber les conséquences désastreuses de la crise sanitaire sur le marché du travail. La premier semestre 2021 a également enregistré la perte de plus de 150 000 emplois. Quelles sont les perspectives et les mesures pour sauver le deuxième semestre ? Telle est la question la plus importante !

Retrouvez l’ensemble de nos article Décryptage ici

Retour haut de page