General Motors ambitionne de de ne plus vendre de voitures diesel ou essence d’ici à 2035

Photo Derek Deutsch, Portfolio Manager© ClearBridge

31 janvier 2021 –

Derek Deutsch, CFA, Responsable de la stratégie durable, Legg Mason ClearBridge US Equity Sustainability Leaders Fund  

« L’engagement pris aujourd’hui par GM est un autre facteur prouvant l’accélération du passage aux véhicules électriques. L’augmentation de la production américaine de véhicules électriques (VE), une priorité de l’administration Biden, est positive pour toute une série d’entreprises qui développent des composants et des technologies essentielles au bon fonctionnement des moteurs VE. TE Connectivity fabrique des connecteurs pour un large spectre d’utilisations automobiles, Aptiv produit des câblages haute tension pour soutenir l’électrification de l’automobile, tout comme les entreprises de semi-conducteurs au service de l’industrie automobile font partie des bénéficiaires de cette accélération ».

Rob Buesing, Analyste des biens de consommation durables

1) « L’engagement de GM est conforme aux annonces que nous avons vues de la part de plusieurs gouvernements (dont plusieurs pays européens et l’État de Californie) qui tentent d’accélérer la transition vers les VE d’ici les années 2030. Nous verrons si d’autres fabricants et gouvernements suivront ».

2) « Bien que nous nous attendions à ce que l’initiative de GM de s’éloigner totalement des véhicules à diesel ou essence actuelle arrive, cette transition se produisait déjà petit à petit et nous nous attendons désormais à une courbe d’adoption des VE en S, cela pourrait contribuer à la faire avancer de quelques années ».

3) « La décision va mettre beaucoup de pression sur GM pour qu’il abandonne à long terme ses franchises extrêmement rentables de camions et de SUV. Ils vont s’engager dès lors à faire tout leur possible pour développer leur gamme de batteries Ultium et leur nouvelle stratégie en matière de VE ».

4) « Cela soulève une question intéressante sur ce que cela signifie pour les équipementiers en retard dans les investissements dans les VE, ainsi que sur le potentiel de « capitaux négatifs » pour les pièces obsolètes de fabrication de moteurs à combustion interne et la baisse de la valeur des voitures d’occasion en ce qui concerne les véhicules à moteur à combustion interne, un peu comme ce qui s’est passé avec le charbon ».

Retrouvez l’ensemble de nos Communiqués ici

Retour haut de page